Hannah Arendt, la question du mal et les activités de l’esprit

Hannah Arendt, la question du mal et les activités de l’esprit

Un beau film, ou plutôt un film touchant et intéressant vient de sortir sur l’épisode décisif dans la vie de Hannah Arendt que fut le procès Eichmann.

Un contenu proposé par Lab'Oratoire

Publié le 25 avril 2013

Auteur : Marc Pernot

Lire directement l’article sur Lab'Oratoire

Un film pour propre à nous encourager à avoir un point de vue personnel, prophétique, un point de vue nuancé et prenant du recul, et non un point de vue trop marqué par l’idéologie.

Je vous propose cet extrait des premières pages du livre de philosophie qu’elle a tiré de cette expérience : « La vie de l’esprit ».

Et si vous voulez voir un petit peu à quoi ressemble le film, vous trouverez la bande annonce sous titrée en français en dessous du texte.

Concrètement, c’est pour deux raisons assez différentes que je m’intéresse aux activités de l’esprit. Tout a commencé quand j’ai assisté au procès Eichmann à Jérusalem.

Dans mon rapport, je parle de la « banalité du mal ». Cette expression ne recouvre ni thèse, ni doctrine, bien que j’aie confusément senti qu’elle prenait à rebours la pensée traditionnelle – littéraire, théologique, philosophique – sur le phénomène du mal. Le mal, on l’apprend aux enfants, relève du démon; il s’incarne en Satan (qui) « tombe du ciel comme un éclair» (saint Luc, 10, 18), ou Lucifer, l’ange déchu (« Le diable lui aussi est un ange» – Miguel de Unamuno) dont le péché est l’orgueil (« orgueilleux comme Lucifer »), cette superbia dont seuls les meilleurs sont capables: ils ne veulent pas servir Dieu, ils veulent être comme Lui. […]

Lire la suite sur Lab'Oratoire

Dans la même rubrique...

Au sein de la tourmente, le pasteur Nick

Au sein de la tourmente, le pasteur Nick

Se souvenir d'un homme à la fois acteur engagé et témoin de l’Évangile.

Un contenu proposé par Croire et Vivre
Un temps pour mourir

Un temps pour mourir

Le journaliste Nicolas Diat s'est penché sur la fin de vie des moines, ces hommes qui ont choisi de se retirer du monde pour consacrer leur vie à prier et à se rapprocher de Dieu.

Un contenu proposé par Blog de la Librairie protestante
Comment êtes-vous devenu chef de la chorale des Gospel Kids ? J’ai découvert le gospel à 17 ans, en 2000, en passant un jour devant l’église de Hautepierre, quartier où j’habitais. J’ai entendu Oh happy day qui est chanté dans Sister Act 2, film qui m’avait fortement marqué. À ce moment-là, il est devenu évident pour moi que j’allais rejoindre le groupe. J’ai mis de côté ce que j’aimais pour me consacrer entièrement à la chorale des High Rock Gospel Singers, créée et dirigée par le pasteur Frédéric Setodzo, qui a été super avec moi et m’a encouragé. Je n’avais pas la fibre d’un chanteur mais je crois que, avec de l’énergie, de la volonté et du plaisir, on peut faire beaucoup. En 2003, j’ai commencé à intervenir bénévolement dans des écoles. Je me sentais comme un vrai professeur et j’aimais, déjà à l’époque, beaucoup travailler avec les enfants. À la kermesse de fin d’année, j’ai ressenti l’enthousiasme des enfants et le plaisir des enseignants et des parents. J’ai laissé tomber mon travail dans un garage où je ne me sentais pas à ma place et j’ai fait des petits boulots à côté. C’est avec ma femme Flora, que j’ai rencontrée aux High Rock Gospel Singers, que j’ai créé les Gospel Kids en 2004. Que représente le gospel pour vous ? Au moment où j’ai découvert le gospel, j’ai senti que cela m’apporterait tout ce que j’avais espéré. À travers lui, on chante l’amour, la tolérance, le respect, le partage. J’étais un ado un peu perdu qui se posait des questions sur le sens de la vie et le bonheur. J’ai toujours aimé les chansons à message. Quand j’étais jeune, mes copains baignaient dans le rap et moi je me cachais pour écouter la comédie musicale NotreDame de Paris. Les professeurs ne croyaient pas en moi, on m’a mis dans une section d’enseignement adapté où on est en bleu de travail dans la cour et on n’est pas mélangé avec le reste des élèves. J’ai passé un CAP de mécanicien poids lourds, puis j’ai laissé tomber le BEP en cours. À partir du moment où j’ai commencé à chanter du gospel, des gens ont cru en moi. Quelles valeurs voulez-vous transmettre ? Beaucoup de jeunes ne se rendent pas compte de leur potentiel, dans tous les domaines de la vie. Il n’y a pas d’audition pour intégrer la chorale car je vois la marge de progrès dans les imperfections et je veux que les enfants prennent du plaisir, pas qu’ils soient rabaissés, comme j’ai pu l’être. Je donne beaucoup d’encouragement et veille particulièrement aux plus motivés et qui veulent progresser. Certains sont bluffants ! Que vous apporte votre foi dans ce travail ? J’ai un lien très fort avec l’Église et la prière est importante pour moi. Avec mes parents et mes cinq frères et sœurs, dont je suis l’aîné, nous allions tous les dimanches au culte et j’ai réussi à partager cela avec ma femme et à le transmettre à mes enfants. En 2001, j’ai effectué un voyage avec les High Rock Gospel Singers au Cameroun qui m’a donné une foi incroyable. J’y ai vu des gens qui ne vivaient que par leur foi. C’est là-bas que des personnes m’ont dit que j’avais un don et que le Seigneur m’appelait. J’ai toujours gardé cette voix en moi qui me disait que j’allais réussir quelque chose. Je suis aujourd’hui quelqu’un qui doute peu et qui n’a pas peur. Je pense que Dieu fait bien les choses et qu’on peut renverser les situations lorsque viennent les difficultés, en s’appuyant sur les gens qui vous aident.

Il a du gospel dans la voix et il y croit

Rencontre avec Alfonso Nsangu, le chef de la chorale d’enfants, Les Gospel Kids qui a la foi en ses élèves et en Dieu.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager