Inherent Vice

Inherent Vice

Doc Sportello est un détective privé qui opère dans le milieu de la drogue, des hippies et de la corruption du Los Angeles 1970.

Un contenu proposé par Pro-Fil

Publié le 23 mars 2015

Auteur : Jacques Vercueil

Lire directement l’article sur Pro-Fil

L’ex-compagne du héros débarque pour lui demander secours : son riche protecteur Wolfsman est menacé par son épouse et l’amant de celle-ci, il a disparu, elle-même a peur…

Voilà un film policier dans l’exacte veine des vieux romans classiques – Sam Spade de Dashiell Hammett, Philip Marlowe de Raymond Chandler – avec tout ce qu’il faut de jeunes personnes égarées, de messieurs riches et tout-puissants, de disparitions et réapparitions. Le seul ‘juste’, à ses propres yeux, c’est Doc le ‘privé’, qu’on verra toujours sous quelque vapeur, imprévisible et indépendant, prenant des coups plus souvent qu’il n’en donne, sa sagesse étant de ne jamais croire un client, encore moins une cliente, et surtout pas les autres ; la terreur la plus présente, c’est Bigfoot, le flic aux cheveux en brosse et à la nuque rouge, brutal et fasciste, au service de l’argent. Les appels au secours se multiplient, les enquêtes aussi, pistes et méfaits s’enchevêtrent : on a très peu de chances de comprendre l’intrigue, mais bien sûr peu importe, elle n’est qu’un prétexte au voyage en train fantôme.

Le fantôme, c’est la Californie 1970, comme l’annonce l’affiche du film aux couleurs psychédéliques vert et magenta. Contre-culture hippie au temps de la guerre du Viet-Nam, fascination pour les grosses décapotables Cadillac ou Oldsmobile, pour le rock, les Doors et les Beattles, pour les psychotropes, LSD, cannabis, et plus. Epoque aussi de peur et de paranoïa, qui fait coexister dans le film la brutalité anti-hippie de Bigfoot, les expulsions de communautés pauvres pour faire place aux spéculations immobilières de Wolfsman, les menaces terroristes de Tareq et du Black Power et les brigades nazi de la Fraternité Aryenne, le souvenir tout frais de la ‘famille’ Manson et l’assassinat de Sharon Tate et ses amis… Fantôme évoqué avec un mélange de nostalgie et de moquerie. […]

Lire la suite sur Pro-Fil

Dans la même rubrique...

Laura Nanou, un message engagé pour l’acceptation de soi

Née dans dans une famille de musiciens, la chanteuse Laura Nanou raconte son parcours et appelle à la tolérance vis-à-vis de soi-même et des autres.

Un contenu proposé par Campus protestant

Le lumineux destin d’Alexandra David-Neel

Il fallait un fort volume de 458 pages pour rendre justice à l’œuvre et à la vie exceptionnelle d’Alexandra David-Néel. On l’imagine d’origine étrangère ou exotique, mais elle est née à Saint-Mandé, dans une famille très bourgeoise.

Un contenu proposé par LibreSens

Ces pépites artistiques qui nous remontent le moral

Durement touchés par la crise sanitaire depuis un an, les artistes ont continué à nous faire vivre de beaux moments.

Un contenu proposé par Une plume et des gens

Crise et foi. Questions que la Covid-19 pose aux chrétiens

Jean-Denis Kraege démontre avec talent et conviction que la foi en un Dieu qui fait grâce nous rend plus solides face à une crise comme celle de la Covid-19...

Un contenu proposé par Éditions Olivétan

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Pro-Fil

Fondé par le pasteur Jean Domon, Pro-Fil propose chaque semaine des critiques de films et porte un regard protestant et filmophile sur le cinéma.

Derniers contenus du partenaire