It Follows

It Follows

D'une relation sexuelle anodine avec le gentil Hugh, Jay hérite d'être poursuivie par un être qui veut la détruire. Cet être, invisible par d'autres qu'elle, la terrorise, et sait prendre la forme de ses proches pour la rejoindre.

Un contenu proposé par Pro-Fil

Publié le 19 février 2015

Auteur : Jacques Vercueil

Lire directement l’article sur Pro-Fil

Comme la langue d’Esope, le cinéma peut être la meilleure ou la pire des choses. Ici, soulagement, ce n’est pas la pire ; les images violentes sont rares (une jambe brisée et retournée, quelques visages de style zombie) et plutôt que d’horreur, on parlera de film d’angoisse.

La production compte néanmoins sur les décharges d’adrénaline pour émouvoir les amateurs, et comme l’oreille est bien plus émotive que l’œil, la bande son est puissamment mise à contribution : coups sourds sur rythme cardiaque, tintements, sifflements et grincements électroniques accompagnent les déplacements des héros dans des pièces riches en recoins d’ombre ; l’écran est souvent découpé par un réseau de murs, portes, panneaux qui créent un labyrinthe où le regard se perd encore davantage que les personnages eux-mêmes.

Pour faciliter l’identification du spectateur et lui faire partager la crainte d’une menace, les épisodes de terreur s’insèrent sans que rien ne les annonce, sauf les sons et la musique adiégétiques, dans un quotidien très quelconque et donc familier : chacun de nous pourrait devenir victime de ce qui peut surgir derrière un arbre, d’une haie, ou d’une fenêtre qu’une pierre a brisée. […]

Lire la suite sur Pro-Fil

Dans la même rubrique...

#Cannes2019 – And my winner is…

#Cannes2019 – And my winner is…

A quelques heures de la cérémonie de clôture, découvrez le palmarès personnel de Jean-Luc Gadreau, notre chroniqueur sur la Croisette.

Un contenu proposé par ArtSpi’in
Nietzsche et Paul

Nietzsche et Paul

Une réflexion proposée par Eliott Poujol, étudiant en théologie. L'homme est-il une fin en soi ?

Un contenu proposé par Radio Alliance +

« Et je choisis de vivre »

Un documentaire sorti le 22 mai au cinéma qui aborde le sujet délicat du deuil parental.

Un contenu proposé par

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Pro-Fil

Fondé par le pasteur Jean Domon, Pro-Fil propose chaque semaine des critiques de films et porte un regard protestant et filmophile sur le cinéma.

Derniers contenus du partenaire

Inscrivez-vous à la newsletter de Regards protestants