J’avancerai vers toi avec les yeux d’un sourd

Ce film est un documentaire qui nous emmène dans un monde que nous connaissons mal, ou que nous ne voulons pas connaître, le monde des sourds.

Un contenu proposé par Pro-Fil

Publié le 6 février 2016

Auteur : Marie-Jeanne Campana

Lire directement l’article sur Pro-Fil

Film écrit en souvenir de Vincent, homme de théâtre, sourd et homosexuel, qui, victime de l’ostracisme de la société, s’est donné la mort. Cet ami avait entrainé la réalisatrice dans son monde en lui faisant apprendre la langue des signes et le projet de ce film était né entre eux.

Le propos est délibérément militant. Laetitia Carton filme plusieurs familles dont une en particulier qui doit s’exiler à Toulouse pour mettre ses enfants dans une des rares écoles françaises qui accueille les sourds avec un enseignement adapté, qui pratique notamment la langue des signes. Elle s’intéresse également à la marche qu’une association de sourds avait organisée entre Paris et Milan pour attirer l’attention des médias.

Tous les protagonistes de ce film soulignent l’absurdité du système français actuel, aussi bien celui de l’éducation nationale que celui du monde médical, tous deux désespérément sourds, c’est le cas de le dire, à la détresse et à la spécificité du monde des sourds. La politique actuelle est en effet de tout fonder sur l’oralité, au nom d’une uniformisation, forçant les malentendants à prononcer, au prix d’efforts constants et peu concluants ; quant au monde médical, il s’échine à vouloir réparer les oreilles en appareillant les sourds, au détriment de la langue des signes. Or les personnes filmées réclament que ce soit la langue des signes, qu’ils jugent riche et complexe, qui soit enseignée car elle est leur culture et la richesse de leur monde. Un professeur de LDS (langue des signes) nous apprend d’ailleurs que « signer » ne passe pas seulement par les mains mais par le regard, l’expression, l’attitude et qu’un même mot peut être « dit » de multiples manières. […]

Lire la suite sur Pro-Fil

Dans la même rubrique...

« Minari »… quelle est ma source ?

Ce drame familial, Grand Prix du jury et Prix du public à Sundance cette année, est nommé pour six Oscars.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

L’Oubli que nous serons

Colombie, années 1980. Adapté de faits réels, L’Oubli que nous serons est le portrait d’un homme exceptionnel, le docteur Hector Abad Gomez qui a lutté pour sortir les habitants de Medellin de la misère.

Un contenu proposé par Pro-Fil

Les séminaristes : entre intégrité et compromission

En réalité, le film ne parle pas vraiment de la religion ou de la foi, malgré son sujet. Du moins pas directement.

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

Le bédéiste Alain Auderset est devenu l’ami de Dieu

Déjà Auteur de treize albums de bande dessinée, l’artiste de Saint-Imier a aussi consacré quatre livres à «ses rencontres avec Dieu» dans les forêts de sa région.

Un contenu proposé par Quart d’heure pour l’essentiel

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Pro-Fil

Fondé par le pasteur Jean Domon, Pro-Fil propose chaque semaine des critiques de films et porte un regard protestant et filmophile sur le cinéma.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast