Là où le sacré s’illumine

Là où le sacré s’illumine

L’émotion dégagée par les vitraux des églises de Romont en font sa renommée. Valérie Sauterel et Astrid Kaiser, historiennes de l’art au Vitrocentre de Romont, reviennent sur cet engouement artistique pour le verre coloré.

Un contenu proposé par bonne nouvelle

Publié le 15 octobre 2016

Lire directement l’article sur bonne nouvelle

Au détour d’un chemin dans la campagne de Romont, si vous croisez une église, poussez ses portes et laissez-vous surprendre par la lumière de ses vitraux. Etonnement, contemplation, de ces vitraux naît l’émotion, jamais l’indifférence. La région en est remplie. A Romont, l’art sacré a su se renouveler. A partir des années 1840, de grandes campagnes de restauration des sanctuaires du Moyen Age sont lancées en Europe.

On redécouvre le vitrail, dont le style historiciste néogothique va prédominer dans le dernier quart du XIXe siècle, avec des figures de saints solennels. A la fin du siècle, c’est un jeune artiste polonais de 25 ans qui donne une nouvelle couleur. « En 1895, Józef Mehoffer gagne le concours lancé par la Confrérie du Saint-Sacrement. Il crée alors les vitraux de la cathédrale Saint-Nicolas à Fribourg, dans un style Art nouveau. Le style est narratif, les saints dégagent beaucoup d’émotion. Le corps s’exprime. Le rapport avec le spectateur est autre.

L’artiste s’inscrit alors en rupture avec ce qui se fait à l’époque », commente Valérie Sauterel, historienne de l’art. Le jeune artiste mettra quarante et un ans à produire l’intégralité de son œuvre, réalisée avec le jeune atelier verrier fribourgeois Kirsch et Fleckner. Si les vitraux font polémique au sein de l’Eglise catholique, leur importance sera internationale et ils bouleversent les artistes, à l’image du peintre suisse Alexandre Cingria, qui crée en 1919 le groupe de Saint-Luc, à Genève. […]

Lire la suite sur bonne nouvelle

Dans la même rubrique...

Soulmates… je t’aime, moi non plus

Soulmates est une mini-série anthologique : chaque épisode contient une fiction avec sa propre intrigue... À découvrir sur Amazon Prime Video.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

Noire… celle qui n’était pas Rosa Parks

Je vous recommande "Noire", de et avec Tania de Montaigne, mis en scène par Stéphane Foenkinos. Un spectacle capté au Théâtre du Rond-Point et diffusé sur la chaîne Culturebox.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

L’Évangile selon Milo Rau

Dans son dernier long-métrage "Le nouvel Évangile", le réalisateur suisse Milo Rau mêle la Passion du Christ jouée par des migrants au combat réel de ceux-ci pour leurs droits.

Un contenu proposé par Réformés

Le lumineux destin d’Alexandra David-Neel

Il fallait un fort volume de 458 pages pour rendre justice à l’œuvre et à la vie exceptionnelle d’Alexandra David-Néel. On l’imagine d’origine étrangère ou exotique, mais elle est née à Saint-Mandé, dans une famille très bourgeoise.

Un contenu proposé par LibreSens

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

bonne nouvelle

bonne nouvelle était le mensuel de l’Église évangélique réformée du canton de Vaud, en Suisse. Il proposait des interviews, dossiers sur des thèmes d’actualité, reportages, informations et réflexions sur l’Église et la vie spirituelle.

Suite à l’interruption de parution du mensuel en novembre 2016, nous n’alimentons plus en nouveaux contenus la page de ce partenaire.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants