La terre et l’ombre

En Colombie, Alfonso un vieux paysan revient au pays pour se porter au chevet de son fils malade. Il découvre un paysage apocalyptique. Le foyer est cerné par d’immenses plantations de cannes à sucre dont l’exploitation provoque une pluie de cendres continue.

Un contenu proposé par Pro-Fil

Publié le 24 février 2016

Auteur : Marie-Christine Griffon

Lire directement l’article sur Pro-Fil

Au bout d’un chemin bordé de champs de canne à sucre, un vieil homme seul marche vers nous et se fait dépasser par un camion et ses 4 remorques qui soulèvent un vent de poussière. Dès cette première longue séquence, on est plongé dans l’atmosphère étouffante du film. César Acevedo va réussir à nous faire pénétrer dans ce monde : une famille vivant dans une maison encerclée par les champs de canne à sucre, dont le fils est en train de mourir d’avoir respiré les poussières fines du brûlage des plants. C’est autour du malade, cloîtré dans sa chambre aux volets clos, que la famille vit dans l’attente de sa mort. On ressent à travers les émotions de chaque personnage la réalité du monde. La grand-mère Alicia a toujours vécu là. Elle n’imagine pas quitter sa terre. Son mari Alfonso revient après 17 ans d’absence pour soutenir leur fils Gerardo mourant et aider les siens à s’en sortir. Esperanza, la femme de Gerardo, ne rêve que de quitter cette vie. […]

Lire la suite sur Pro-Fil

Dans la même rubrique...

Le Diable tout le temps… sobrement lumineux !

Un thriller obscur sur fond spirituel et à tendance gothique avec un casting cinq étoiles.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

Peut-on se réconcilier avec le tragique ?

Les réponses d'un philosophe, d'une psy et d'une pasteure.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Michel-Ange… saisissant portrait d’une divine canaille

C’est un maître du cinéma russe, Andreï Konchalovsky, qui tourne sa caméra vers un pan de vie de celle d’un autre maître, italien en l’occurrence, le grand Michel-Ange.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

Entretien avec Cosey

Dans Oxebo, Emmanuelle Klein reçoit Cosey, grand auteur de bande dessinée, pour parler de son exposition "Même poursuivi, le papillon jamais ne semble pressé" à la galerie Barbier à Paris.

Un contenu proposé par Fréquence Protestante

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Pro-Fil

Fondé par le pasteur Jean Domon, Pro-Fil propose chaque semaine des critiques de films et porte un regard protestant et filmophile sur le cinéma.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram