La Voleuse de livres

Markus Zusak est l'auteur d'un récit déconcertant, dont le narrateur n'est autre que la Mort, dans lequel il décrit la complexité des sentiments de chaque être humain où cohabite la beauté et l'horreur et défend les valeurs comme l'amitié ou la solidarité.

Un contenu proposé par PLVmagazine

Publié le 15 avril 2016

Auteur : Mireille Boissonnat

Lire directement l’article sur PLVmagazine

Le narrateur de ce roman australien est la Mort, qui, en fait, a elle-même volé le manuscrit à son auteur, Liesel Meminger, la fillette dont nous découvrons le destin tragique. L’histoire débute en janvier 1939, soit huit mois avant le début officiel de la Seconde Guerre mondiale et s’achève pendant les bombardements Alliés qui touchèrent l’Allemagne nazie en été 1943. Et, malgré ces ingrédients si sombres, ce n’est pas une histoire morbide, ni même triste en fin de compte !

La Mort, ultime témoin objectif de la folie des hommes, nous révèle, avec un humour noir et cynique, la paradoxale cohabitation, en chaque être humain (ou presque…), de la beauté et de l’horreur. C’est un récit déconcertant qui, contre la barbarie, défend les valeurs de l’amitié, de la solidarité, de la bienveillance, du respect des promesses et bien sûr de la puissance des mots. « De quoi attendrir la Mort elle-même », disait Le Monde des livres !

Molching, où se déroule l’action, est une petite ville imaginaire d’Allemagne, voisine de Münich mais aussi de Dachau. […]

Lire la suite sur PLVmagazine

Dans la même rubrique...

Spiritualité et pouvoirs

En s’appuyant sur des enquêtes ethnographiques dans les milieux du «New Âge» mais aussi dans le contexte du méthodisme londonien, Matthew Wood invite à réexaminer cette question du pouvoir afin de réinscrire pleinement le fait religieux dans son contexte social.

Un contenu proposé par Labor et Fides

Pour la Pentecôte, un week-end lecture

"Les livres sont si précieux", nous rappelle le journaliste protestant Frédérick Casadesus qui nous livre ses recommandations.

Un contenu proposé par Le blog de Frédérick Casadesus

Sofia Falkovitch, pionnière de l’art cantorial au féminin

Sofia Falkovitch est l’unique femme cantor en France. Un talent à découvrir lors du festival des Sacrées Journées de Strasbourg, du 12 au 20 juin.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Heredia Koffi interprète « Le bon Dieu est une femme »

Heredia Koffi, chanteur dans le groupe Family One, rend hommage aux mères et célèbre l'amour inconditionnel de Dieu au travers de la chanson de Corneille.

Un contenu proposé par Campus protestant

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

PLVmagazine

PLVmagazine était le webzine de l’Union des Église Évangéliques Libres de France. Il proposait un regard évangélique ouvert sur la Bible, la vie chrétienne, l’actualité, la culture…

La version en ligne de PLVmagazine ayant pris fin en 2017, nous n’alimentons plus en nouveaux contenus la page de ce partenaire.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast