L’athéisme au cours de l’histoire

L’athéisme au cours de l’histoire

Si l’étymologie du mot « athée » est bien grecque, le terme n’avait pas la même portée dans l’Antiquité qu’aujourd’hui.

Un contenu proposé par Croire et lire

Publié le 19 mars 2015

Auteur : Georges Mary

Lire directement l’article sur Croire et lire

On l’utilisait surtout pour désigner de façon péjorative les personnes qui n’adoraient pas les divinités communément admises dans la société. En 399 avant J.-C. un procès a été intenté à l’égard de Socrate : les chefs d’accusation mentionnent « ne pas reconnaître les mêmes dieux que l’État » et « corrompre la jeunesse ». Il est intéressant de constater que c’est pour des raisons semblables que quatre siècles plus tard, l’on a également affublé les premiers chrétiens du terme athées. Pourquoi ? Parce qu’ils ne croyaient pas aux dieux païens, et en particulier, parce qu’ils ne se prosternaient pas devant l’empereur divinisé !

L’Antiquité

Cependant, il est légitime de faire remonter les sources de l’athéisme à l’Antiquité dans la mesure où les philosophes n’ont pas fait appel à Dieu (ou aux dieux) pour expliquer la vie. Au 5ème siècle avant Jésus-Christ, Leucippe serait à l’origine de l’atomisme, l’idée que la matière est composée de particules si minuscules que l’on ne peut pas les couper et les diviser, ce qui est le sens même du mot atome en grec. Il a donc décrit un univers matérialiste où rien n’arrive par hasard, car les atomes n’ont que des mouvements rationnels. De son côté, Aristote (384-322 av. J.-C.) a vu en Dieu la force qui a mis en mouvement cette matière sans y intervenir par la suite. […]

Lire la suite sur Croire et lire

Dans la même rubrique...

Les Invisibles

Elles sont invisibles ces femmes de la rue. C’est à elles que Louis-Julien Petit, le réalisateur, consacre son troisième long métrage.

Un contenu proposé par Pro-Fil
La culture du dialogue dans les relations inter-religieuses

La culture du dialogue dans les relations inter-religieuses

L'un des grands mérites de ce livre est de rendre audibles les innombrables débats de Vatican II.

Un contenu proposé par LibreSens
La mémoire selon Paul Ricœur

La mémoire selon Paul Ricœur

Paul Ricœur fait la différence entre le travail de mémoire et le devoir de mémoire, rappelle le philosophe Olivier Abel.

Un contenu proposé par

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Croire et lire

Croire et lire, entité du magazine Croire et Vivre, propose une collection de livres pour donner des raisons de croire. La plupart des rédacteurs appartiennent à des Églises membres de la Fédération Protestante de France ou du Conseil National des Évangéliques de France.

Derniers contenus du partenaire

Inscrivez-vous à la newsletter de Regards protestants