« Le besoin de mythe, des symboles et de rites est inhérent à l’être humain »

Le philosophe et anthropologue argentin Fernand Schwarz, auteur du « Sacré camouflé » questionne la place du symbolique face à la crise de la représentation que vit la société actuellement.

Un contenu proposé par bonne nouvelle

Publié le 15 octobre 2015

Lire directement l’article sur bonne nouvelle

« Si la dimension symbolique n’est pas développée dans notre imagination, notre psychisme devient plus étroit, on se mécanise. Notre capacité à voir les nuances diminue. L’être humain se vide de sa propre substance ouvrant ainsi la porte aux extrêmes, comme le terrorisme ou les sectes », affirme-t-il.

Dans votre ouvrage Le Sacré camouflé ou la crise symbolique du monde actuel, vous soutenez que « c’est la démythologisation effectuée par les sciences sociales qui a conduit l’Occident à la crise de la civilisation, et à la série de désenchantements». Le rationalisme mène-t-il au désenchantement ?

C’est l’hypertrophie rationaliste qui mène au désenchantement. D’une façon très schématique, nous pouvons aborder la réalité dans une logique d’exclusion, noir ou blanc. Ce mécanisme a permis le mode binaire, le langage linéaire, la technologie que nous utilisons maintenant. Cette logique d’exclusion est utile, mais pas suffisante pour comprendre la réalité, car la réalité n’est pas noire ou blanche, homme ou femme. Nous sommes donc obligés d’utiliser une autre logique pour aborder la réalité vivante, qui ne soit pas statique, codée ou mécanique. C’est la logique du noir et blanc, de l’inclusion qui permet la symbolisation et l’utilisation de l’imagination parce qu’elle accepte la contradiction en elle-même. Dans la logique rationaliste pure, on ne peut pas accepter la contradiction parce qu’elle devient absurde. Quand cette logique est utilisée dans tous les domaines, la réalité se réduit et devient idéologie, ce qui produit le désenchantement du monde.

Quelles en sont les conséquences ?

Le besoin de mythes, de symboles et de rites est inhérent à l’être humain. Si la dimension symbolique n’est pas développée dans notre imagination, notre psychisme devient plus étroit, on se mécanise. Notre capacité à voir les nuances diminue. L’être humain se vide de sa propre substance ouvrant ainsi la porte aux extrêmes, comme le terrorisme ou les sectes.

Vous affirmez que la société est en crise actuellement, mais ne l’a-t-elle pas toujours été ?

Non, il y a toujours eu des problèmes, mais seulement quelques crises. On est en crise quand les réponses usuelles face à un problème ne fonctionnent plus. […]

Lire la suite sur bonne nouvelle

Dans la même rubrique...

Faut-il encore regarder les Victoires de la musique ?

Le vendredi 12 février, les Victoires de la musique ont célébré leur 36eme édition à la Seine Musicale de Boulogne-Billancourt.

Un contenu proposé par Une plume et des gens

En souvenir de Jean-Claude Carrière

L’écrivain, scénariste, auteur de nombreuses pièces de théâtre, vient de mourir à 89 ans.

Un contenu proposé par Le blog de Frédérick Casadesus

Blanc autour

"Bande dessinée en fugue", une chronique de Thierry Saint-Solieux, au micro de Fabrice Henriot.

Un contenu proposé par Radio Semnoz

Yellow Cab, taxi à New York

Dans Oxebo, Emmanuelle Klein reçoit Benoit Cohen et Christophe Chabouté pour l'adaptation en bande dessinée Yellow Cab. Un récit autobiographique qui raconte comment le cinéaste est devenu chauffeur de taxi à New York.

Un contenu proposé par Fréquence Protestante

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

bonne nouvelle

bonne nouvelle était le mensuel de l’Église évangélique réformée du canton de Vaud, en Suisse. Il proposait des interviews, dossiers sur des thèmes d’actualité, reportages, informations et réflexions sur l’Église et la vie spirituelle.

Suite à l’interruption de parution du mensuel en novembre 2016, nous n’alimentons plus en nouveaux contenus la page de ce partenaire.

Derniers contenus du partenaire