Le poids de l’esclavage

Le poids de l’esclavage

Dans l'histoire des Antilles françaises, un passé qui ne passe pas ?

Un contenu proposé par Les cahiers de l'École pastorale

Publié le 11 mai 2015

Auteur : Eddy Nisus

Lire directement l’article sur Les cahiers de l'École pastorale

[Archives] – Article paru en 2007

Quand on étudie l’histoire des Antilles françaises, on est surpris par le poids de l’héritage de l’esclavage dans cet espace géographique. Est-ce un passé qui ne passe pas ? Tout semble l’indiquer.
Il faut rappeler que l’histoire antillaise ne commence pas avec la découverte du Nouveau monde en 1492 par le navigateur Christophe Colomb. Encore moins avec l’installation coloniale au XVIIème siècle. Cet ensemble géographique était habité par des tribus indiennes qui ne nous ont pas laissé beaucoup de traces. On ne connaît les Indiens Arawaks que par ceux qui les ont anéantis, c’est-à-dire les Caraïbes, nom d’un autre peuple indien. Ces derniers nous ont laissé quelques vestiges qui nous éclairent sur leur civilisation. Le père Laba consacre plusieurs pages à décrire leur mode d’existence en Martinique et sur l’île de la Dominique, ancienne possession britannique. Il existe de nos jours, une communauté de Caraïbes présente sur l’île de la Dominique située à 60 kilomètres au sud de la Guadeloupe.

Quand la France entreprend la colonisation de la Guadeloupe et de la Martinique au XVIIème siècle, les premiers contacts entre colons et autochtones sont pacifiques. Mais la situation va très rapidement se dégrader et les deux communautés vont s’engager dans une guerre féroce qui aura pour conséquence la quasi-disparition de la population caraïbe.

Devenues possessions françaises par un jeu d’alliances et de traités entre nations européennes, les deux îles vont avoir une histoire symétrique. Le royaume de France accorde des licences à des compagnies. La Compagnie des Îles d’Amérique, dont l’un des principaux actionnaires n’est autre que le Cardinal de Richelieu, se donne une triple mission : d’abord la conquête territoriale, puis une mission de christianisation des « sauvages » et enfin, l’établissement de colons sur une durée de vingt ans.

On défriche, avec le concours des engagés, c’est-à-dire des petits Blancs, repris de justice ou vagabonds, qui sont placés sous contrat. Ils sont tenus de travailler trois ans durant pour les colons, et, au terme de cette période, le contrat prévoit en leur faveur une concession de terre.

La première culture qu’on développe dans ces îles est le tabac, qu’on abandonne peu à peu au profit de la canne à sucre. Pour cultiver cette plante, les colons recourent à une main-d’œuvre servile dont plusieurs nations européennes trafiquent sur le continent noir. Ainsi se met en place un système esclavagiste promu à un long et sinistre avenir et qui va fortement marquer l’histoire de ces deux îles. […]

Lire la suite sur Les cahiers de l'École pastorale

Dans la même rubrique...

Dans les coulisses de l’évangile de la prospérité, un retour aux indulgences ?

Ce livre de témoignage porte très bien son titre, car il nous fait réellement entrer dans les coulisses de ce mouvement appelé évangile de prospérité.

Un contenu proposé par Blog de la librairie 7ici

Quoiqu’il arrive je vous aime… vous avez un message !

Au milieu du magnifique palmarès de la dernière cérémonie des Oscars, découvrez les douze minutes remarquables de "If Anything Happens I Love You", récompensé dans la catégorie court métrage d'animation.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

« Le passager n° 4 » : huis clos dans l’espace

Ce film est un survival spatial sous la forme d’un thriller psychologique en huis clos.

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

Art poétique du haïku biblique

Et si le haiku, ce très court poème était un moyen efficace de ne retenir du texte biblique que son aspect qui frappe au sens propre ?

Un contenu proposé par Forum protestant

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Les cahiers de l’École pastorale

L’École pastorale a pour objectif de contribuer à la formation pratique et au perfectionnement des pasteurs, principalement les pasteurs des Églises baptistes et des Églises libres. A travers ses Cahiers qui paraissent quatre fois par an, elle participe au développement de la théologie pratique au sein des Églises.

Derniers contenus du partenaire