Le développement du christianisme au deuxième siècle a fait l’objet de bien peu de livres de vulgarisation. C’est pourtant à ce moment-là que se sont présentées les grandes questions qui ont positionné la doctrine naissante: que faire des Écritures du peuple juif? Que faire de la philosophie grecque? Que faire de tous ces écrits qui prolifèrent? Et de toutes ces « hérésies » qui courent, des plus raisonnables aux plus folles ?

Le besoin se fit donc sentir de cadrer (ou d’encadrer) la pensée chrétienne, de faire le tri entre les écritures recommandables et celles qui ne l’étaient pas. C’est ainsi que le canon du Nouveau Testament prit forme peu à peu sans jamais qu’une décision de l’Église majoritaire ou d’un concile soit vraiment prise.

L’auteur nous retrace, avec une grande clarté et le sens de la pédagogie, l’histoire mouvementée et passionnante de cette période et agrémente son ouvrage d’une présentation de quatre grandes figures : Irénée de Lyon, Tertullien, Clément d’Alexandrie et Origène. Certains d’ailleurs ne furent pas toujours en odeur de sainteté dans l’Église.

Si vous voulez visiter cette période d’une agréable façon, lisez ce livre. Votre curiosité sera récompensée. […]

Pierre Prigent, Des paroles de Jésus à la Bible, Lyon, Olivétan, 2011, 214 pages.