Les chansons que mes frères m'ont apprises

Les chansons que mes frères m’ont apprises (Songs My Brothers Taught Me)

Johnny vient de terminer ses études et s'apprête à quitter la réserve indienne de Pine Ridge avec sa petite amie pour partir vivre à Los Angeles. La disparition soudaine de son père vient bousculer ses projets. Johnny partira-t-il ?

Un contenu proposé par Pro-Fil

Publié le 21 octobre 2015

Auteur : Marie-Christine Griffon

Lire directement l’article sur Pro-Fil

La réalisatrice a vécu quatre ans dans la réserve indienne de Pine Ridge dans le Dakota du Sud pour partager la vie des habitants.

Elle n’a pas écrit son film à l’avance. Elle s’est laissée porter par l’improvisation. Chaque scène a été écrite le matin en fonction de ce qui se passait dans la réserve. C’est à travers la fiction que la réalisatrice va relater le quotidien des « Native american » pour le dénoncer. Dans ces réserves créées par le gouvernement américain, les habitants vivent sous le seuil de pauvreté avec un chômage important. La population est gangrenée par l’alcool, la drogue et la violence. Les rares moments où les indiens oublient leur misère et leur ennui sont les moments de fête où chacun retrouve le sens de l’essentiel pour la communauté, leur identité, leurs coutumes.

« Quand on veut dresser un cheval, il faut respecter sa liberté ». La voix off de Johnny débute ce film. Cette liberté, Johnny veut la conquérir en quittant la réserve pour aller chercher du travail à Los Angeles, aucune perspective d’avenir n’existant dans la réserve. La question du devenir est d’ailleurs posée par un professeur en fin d’année. La majorité des élèves désire reprendre le ranch familial ou devenir monteur de taureaux pour des rodéos locaux. Johnny lui veut devenir boxeur. […]

Lire la suite sur Pro-Fil

Dans la même rubrique...

Paul, sa vie et son œuvre, selon NT Wright

L'auteur souligne notamment que la pensée de Paul s’appuie sur le récit biblique en proclamant l’accomplissement du plan divin à long terme.

Un contenu proposé par Vivre et espérer

« Judas and the Black Messiah »… racisme et trahison

Deux jours avant la cérémonie des Oscars où il est l’un des favoris, le film Judas and the Black Messiah, zappe une sortie classique en salles pour une première diffusion exclusive directement sur Canal+ Cinéma.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

Flaubert, corps et âme

Gustave Flaubert est né voici deux cents ans ; l’occasion de célébrer cet immense créateur de langage.

Un contenu proposé par Le blog de Frédérick Casadesus

Pierre Loti (1850-1923)

Pierre Loti – de son vrai nom Julien Viaud- a eu une carrière de marin et d’écrivain. Élevé par une mère protestante très fidèle à sa foi réformée, il n’a rien renié ni de ses origines, ni de son éducation. Il a beaucoup voyagé et a connu de son vivant une vraie gloire littéraire.

Un contenu proposé par Musée protestant

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Pro-Fil

Fondé par le pasteur Jean Domon, Pro-Fil propose chaque semaine des critiques de films et porte un regard protestant et filmophile sur le cinéma.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants