L’Homme du Peuple

L’Homme du Peuple

Un film qui couvre 20 ans de l’histoire polonaise, de 1970 à 1990 et montre le rôle de Lech Walesa dans l'évolution du pays.

Un contenu proposé par Pro-Fil

Publié le 3 décembre 2014

Auteur : Jacques Champeaux

Lire directement l’article sur Pro-Fil

Après L’Homme de marbre en 1977 et L’Homme de fer en 1981, Palme d’or à Cannes, il constitue le troisième volet d’une trilogie consacrée par Andrzej Wajda au cheminement de la Pologne vers la démocratie. Il montre le rôle essentiel que Lech Walesa a joué dans cette période et comment il a su, avec courage et pragmatisme, faire avancer son pays vers la liberté.

Le film est une recréation de L’Homme de fer, qui traitait en grande partie des mêmes événements. L’Homme de fer avait été tourné « à chaud » quelques mois seulement après les événements de l’été 80 à Gdansk en profitant d’une période de relative ouverture politique. Lech Walesa y jouait d’ailleurs son propre rôle.

L’Homme du peuple est tourné plus de 30 ans après, alors que les grèves de 80 sont pour beaucoup de polonais de l’histoire ancienne. Wajda veut réaliser un film didactique pour les nouvelles générations, dire « sa vérité » sur des événements qu’il a vus de près. Il veut raconter un héros, réhabiliter Lech Walesa dont les actions ultérieures ont été critiquées. […]

Lire la suite sur Pro-Fil

Dans la même rubrique...

Björk, un album mythique

Zoom sur "Debut", le deuxième album studio de la chanteuse islandaise.

Un contenu proposé par Radio Arc-en-Ciel
Le royaume coloré des êtres vivants

Le royaume coloré des êtres vivants

Le Petit Palais est très fier d’exposer jusqu'au 14 octobre les trente rouleaux « Dōshokusai-e » (Le Royaume coloré des êtres vivants) de Itō Jakuchū.

Un contenu proposé par Protestants dans la Ville
"I feel good" ou la critique de l’individualisme forcené

“I feel good” ou la critique de l’individualisme forcené

Dans ce film loufoque, parfois déprimant mais aussi avec beaucoup d’esprit, les deux réalisateurs dénoncent une société actuelle obsédée par l’apparence, la matérialité, la réussite.

Un contenu proposé par Le bal littéraire des sardines

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Pro-Fil

Fondé par le pasteur Jean Domon, Pro-Fil propose chaque semaine des critiques de films et porte un regard protestant et filmophile sur le cinéma.

Derniers contenus du partenaire