Ma vie de courgette

Cette adaptation du roman de Gilles Paris, nous emmène dans un foyer social pour enfants abandonnés sur lesquels pèsent de lourds drames familiaux. Un émouvant film d'animation !

Un contenu proposé par Pro-Fil

Publié le 16 novembre 2016

Auteur : Alain Le Goanvic

Lire directement l’article sur Pro-Fil

Un héros de 10 ans, son prénom est (presque) ridicule, il est petit, a une grosse tête et des grands yeux ronds : c’est une sorte de marionnette tout-à-fait originale (préfigurée dans le court métrage Banquise) dont l’existence est entachée de la mort de son acariâtre de mère, mort dont il est le responsable involontaire. Recueilli dans un orphelinat où vivent de jeunes enfants semblables à lui, il va vivre sa différence, en butte aux sarcasmes de Simon, enfant très perturbé. Mais, les « adultes » vont jouer un rôle positif : le commissaire, la directrice, l’institutrice, bref la société vue en positif. Cette école particulière est le lieu où les enfants abîmés, piétinés, marginalisés vont se voir donner la chance d’une vie meilleure et résiliente. Et c’est cet espoir qui nous émeut profondément, qui peut remuer en nous des souvenirs d’enfance enfouis.[…]

Lire la suite sur Pro-Fil

Dans la même rubrique...

« Ondine », une belle histoire d’amour tragique

Le film revisite le mythe d’Ondine qui raconte l’histoire d’une jeune fille vivant dans un lac et que les jeunes hommes au coeur brisé viennent rechercher en quête d’amour.

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

« Light of my Life », un survival post-apocalyptique intimiste

Anti-spectaculaire, le film est au contraire lent, contemplatif, ou plutôt introspectif.

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

« Le monde au balcon, carnet dessiné d’un printemps confiné »

Sophie Lambda raconte le début de son année 2020 sans se douter que la moitié de la planète devra se confiner face au coronavirus deux mois plus tard.

Un contenu proposé par Le bal littéraire des sardines

« Tenet », sans doute le film le plus jubilatoire de Nolan

On retrouve un thème de prédilection de Nolan, le temps, qu’il triture dans tous les sens à partir de la thèse de l’inversion du temps.

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Pro-Fil

Fondé par le pasteur Jean Domon, Pro-Fil propose chaque semaine des critiques de films et porte un regard protestant et filmophile sur le cinéma.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram