Phoenix

Phoenix

Nelly, Allemande arrêtée en 1944 pour ses origines juives, revient d’Auschwitz où elle a survécu après avoir reçu une balle dans la tête. Elle se met à rechercher son mari Johnny qui, selon une amie, l’aurait trahie.

Un contenu proposé par Pro-Fil

Publié le 19 février 2015

Auteur : Françoise Wilkowski-Dehove

Lire directement l’article sur Pro-Fil

Ce mélodrame, dont la sortie a coïncidé avec le soixante-dixième anniversaire de l’ouverture du camp d’Auschwitz, le 27 janvier 1945, a pour thèmes principaux le retour des camps et la reconstruction d’une identité anéantie. Après l’opération qui n’a pas pu sauver son ancien visage, Nelly s’efforce de renouer avec sa personnalité d’avant. Quand Johnny, qu’elle a fini par retrouver et qui croit sa femme morte, lui propose de reprendre l’identité de cette dernière pour mettre la main sur son héritage, elle saute sur l’occasion de le reconquérir.

L’interprétation de Nina Hoss est alors particulièrement subtile puisqu’elle joue à la fois la « vraie » et la « fausse » Nelly. Elle est amenée à simuler un deuxième retour, sur une mise en scène de Johnny. Les images de l’arrivée d’un train de Pologne nous frappent d’autant plus fort que cet épisode ultime de la Shoah a été rarement traité avec autant de précision. Et la phrase prédisant à la rescapée que ceux qui vont l’accueillir « ne lui demanderont rien » est terrible car c’est effectivement ce qui s’est à peu près passé : après la guerre, les rescapés n’ont pas pu raconter ce qu’ils avaient dû subir car on ne voulait pas les entendre. Le scénario, d’après un roman français de 1961, est bien mené et nous tient en haleine avec un face à face pathétique entre Nelly, amoureuse et qui espère toujours que Johnny va la reconnaître et ce dernier, indifférent et aveuglé par le déni du passé et la rapacité. […]

Lire la suite sur Pro-Fil

Dans la même rubrique...

La chronique cinéma de Fréquence protestante

Garance Hayat présente les films à l'affiche avec notamment "Yalda la nuit du pardon" de Massoud Bakhshi, "La Femme qui s’est enfui" de Hong Sang Soo et s'entretient avec Raphaël Jacoulot pour son film "L’Enfant rêvé".

Un contenu proposé par Fréquence Protestante

Penser les fondements philosophiques de la conversion écologique

En ralentissant le rythme de nos existences et de l’économie, la crise du Covid-19 a créé un espace pour favoriser l’expérience de cette résonance.

Un contenu proposé par Labor et Fides

James H. Cone – La théologie noire américaine de la libération

De Martin Luther King au mouvement Black Lives Matter, le racisme qui sévit encore aujourd'hui aux Etats-Unis ne cesse d'interroger la théologique chrétienne. Comment sortir de cette spirale de violence et de haine ?

Un contenu proposé par Éditions Olivétan

La chronique cinéma de Fréquence protestante

Garance Hayat présente les sorties DVD avec notamment "Land of murders" et 'L’ombre de Staline" et s'entretient avec la réalisatrice Marion Laine pour la sortie en DVD de son film"Voir le jour" avec Sandrine Bonnaire.

Un contenu proposé par Fréquence Protestante

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Pro-Fil

Fondé par le pasteur Jean Domon, Pro-Fil propose chaque semaine des critiques de films et porte un regard protestant et filmophile sur le cinéma.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram