« La femme qui apprend à lire devient veuve. » Ce proverbe populaire indien en vogue au XIXe siècle résume à lui seul l’état d’esprit qui pouvait régner dans la société de l’époque. La condition féminine n’y était pas facile et l’éducation des femmes était loin d’être une évidence. C’est pourtant dans ce combat que va se lancer Pandita Ramabai, une hindoue convertie au christianisme.

Ramabai est née en 1858 d’un remariage de son père, veuf, avec une jeune hindoue. Celui-ci est un savant reconnu issu de la caste sacerdotale des brahmanes – la première des quatre grandes castes traditionnelles – et, contrairement aux habitudes de la période, il va avoir à cœur l’enseignement des différents membres de sa famille. C’est ainsi que Ramabai va grandir dans un milieu pauvre mais privilégié pour ce qui est du niveau d’éducation !

Suite au désarroi causé par le mariage raté de leur fille aînée, les parents de Ramabai sont vigilants en ce qui la concerne et c’est la raison pour laquelle elle n’est encore promise à aucun homme lorsqu’elle atteint ses 16 ans. Seulement, à peu près au même moment, ses deux parents décèdent tragiquement en l’espace de quelques semaines. Elle se retrouve alors seule avec son frère. […]