Rencontre avec les frères Dardenne

Rencontre avec les frères Dardenne

À l’occasion des 40 ans du Jury Œcuménique, un prix spécial a été remis à Jean-Pierre et Luc Dardenne pour l'ensemble de leur oeuvre.

Un contenu proposé par ArtSpi'in

Publié le 21 mai 2014

Auteur : Jean-Luc Gadreau

Lire directement l’article sur ArtSpi'in

Interview réalisée par Denyse Muller vice-présidente d’Interfilm et coordinatrice du Jury Œcuménique à Cannes.

Après 2 Palmes d’or et de nombreux autres prix au Festival de Cannes, appréciez-vous un prix spécial du Jury Œcuménique ? Est-ce que cela vous parle particulièrement ?

Luc et Jean-Pierre Dardenne : Oui parce que d’une part votre prix a une importance reconnue, d’autre part parce que vous récompensez des films selon des critères qui ne suivent pas la mode. Vous avez toujours considéré le cinéma comme un moyen d’éducation et d’enrichissement de l’individu. Quand on dit que c’est un prix chrétien, je ne le prends pas dans le sens de promotion d’une idée ou d’une religion particulière, mais plutôt dans la défense des valeurs de base sur lesquelles le christianisme s’est appuyé et qu’il a véhiculées, comme d’autres religions d’ailleurs, des valeurs comme celles de la justice, de la conscience, de la culpabilité, de la responsabilité. Effectivement je crois que nos films sont en rapport étroit avec ces valeurs.

Vous appréciez donc généralement nos prix œcuméniques ?

L. et JP. : Oui, vos prix sont intéressants parce qu’ils touchent le public. Vous n’êtes pas là pour obéir à des modes mais pour dire « ce film on l’aime beaucoup d’autant plus que nous sommes chrétiens, on y reconnaît certaines valeurs ». Les prix que vous avez attribués à Cannes ont rencontré le public, et pas parce que le public est majoritairement chrétien. Les gens sont sensibles à l’art cinématographique et en même temps à ce quelque chose qui touche le public. Vous avez rarement choisi des films ésotériques. Ca ça nous plait parce qu’on se dit que le film parle à des gens. Et c’est bien pour cela que nous faisons des films. […]

Lire la suite sur ArtSpi'in

Dans la même rubrique...

Le jeune Ahmed

Dans la banlieue de Bruxelles, le jeune Ahmed, 13 ans, est pris entre les idéaux religieux inculqués par son imam et son désir de vivre.

Un contenu proposé par Pro-Fil
#Cannes2019 – Le moment de relire les critiques !

#Cannes2019 – Le moment de relire les critiques !

On connaît désormais le palmarès du Festival de Cannes. Avant de découvrir les films au cinéma, si on relisait les critiques de Jean-Luc Gadreau, notre envoyé spécial sur la Croisette ?

Un contenu proposé par ArtSpi’in

La chronique cinéma de Fréquence protestante

Garance Hayat présente les films à l'affiche avec notamment "Une part d’ombre" de Samuel Tilman et une interview de Madeline Fontaine, costumière.

Un contenu proposé par Fréquence Protestante

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

ArtSpi’in

Cinéma, culture, sport, spiritualité, société… Autant de sujets de prédilection du blog de Jean-Luc Gadreau, ArtSpi’in. Jean-Luc Gadreau est pasteur, auteur, mais aussi attaché de presse du Jury œcuménique au Festival de Cannes.

Derniers contenus du partenaire

Inscrivez-vous à la newsletter de Regards protestants