Rendez-vous à Atlit

Rendez-vous à Atlit

Israël 1995 : Cali retrouve ses deux sœurs Darel et Asia pour la vente de la maison familiale. Les complicités s’installent, les vieilles tensions aussi.

Un contenu proposé par Pro-Fil

Publié le 18 février 2015

Auteur : Maguy Chailley

Lire directement l’article sur Pro-Fil

Il s’agit d’un récit familial dans lequel s’insinue le drame palestinien. Ces trois sœurs ont beaucoup de souvenirs agréables dans cette maison mais ne leur accordent pas le même poids. Et à propos du passé de la maison apparaît aussi une divergence d’importance : Cali refuse que sa sœur aînée dise : avant ici il n’y avait rien ! Par petites touches la réalisatrice introduit les hésitations des sœurs concernant la vente de la maison et fait apparaître, comme s’ils étaient présents dans certaines scènes, les parents, un jeune garçon, un âne…

Ce procédé peut désarçonner le spectateur qui risque de les prendre pour des hallucinations ; mais pour la réalisatrice, cela s’imposait. Pour elle la représentation physique des « fantômes » était une évidence. Il vaudrait mieux parler de « spectres ». Ce ne sont pas des fantômes mais plutôt la figuration de l’invisible, de tout ce qui surgit de l’intérieur.

En mettant tout sur le même niveau on comprend que l’inconscient surgit en permanence, qu’il est aussi réel que le reste. Cela nous montre que tout ce qu’on trimbale avec nous est invisible mais est présent. En Israël il y a un invisible permanent mais qui joue et qui est là. Mais ce parti-pris est-il crédible aux yeux du spectateur ? […]

Lire la suite sur Pro-Fil

Dans la même rubrique...

Dictionnaire patois de Canaan français

Dictionnaire patois de Canaan français

Avec humour, Thierry Hernando alias Ike O'Noclast apporte un œil critique sur notre manière de communiquer à l'intérieur des églises.

Un contenu proposé par Blog de la librairie 7ici
Le méthodisme : un tison tiré du feu

Le méthodisme : un tison tiré du feu

Cet ouvrage nous permet une vue globale du méthodisme : des origines jusqu'au XXIe siècle et c'est ce qui en fait le principal intérêt.

Un contenu proposé par LibreSens
Yesterday… qu’il en soit ainsi

Yesterday… qu’il en soit ainsi

Au cinéma le 3 juillet, « Yesterday », sans doute le plus beau feel-good movie de ce premier semestre 2019 signé par deux valeurs sûres du cinéma britannique Danny Boyle et Richard Curtis.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Pro-Fil

Fondé par le pasteur Jean Domon, Pro-Fil propose chaque semaine des critiques de films et porte un regard protestant et filmophile sur le cinéma.

Derniers contenus du partenaire

Bel été avec les médias protestants !