« Samba », parler des sans-papiers avec humour

« Samba », parler des sans-papiers avec humour

Parler des étrangers en situation irrégulière sous la forme d’une comédie, c’est le pari osé de Samba, des réalisateurs d’Intouchables, Olivier Nakache et Éric Toledano.

Un contenu proposé par Réforme

Publié le 28 octobre 2014

Auteur : Laure Salamon

Le 20 octobre, la Cimade organisait avec l’ARP, société civile d’auteurs-réalisateurs-producteurs et le Cinéma des Cinéastes à Paris une projection suivie d’une discussion sur le thème : « Les sans-papier, de la fiction à la réalité ». En guise d’introduction, Olivier Nakache a remercié la Cimade et les intervenants des permanences où ils se sont rendus avec Éric Toledano pour observer leur travail.

Synopsis : Samba Cissé (Omar Sy), sans-papiers sénégalais depuis dix ans à Paris, travaille comme plongeur. Après avoir obtenu une promesse d’embauche, il se rend en préfecture pour faire une demande de régularisation. Il se retrouve ensuite en centre de rétention administrative (CRA), lieu d’enfermement des étrangers en situation irrégulière, près de Roissy, en région parisienne. Viennent pour l’aider deux femmes, militantes d’une association d’aide aux étrangers, Manue (Izia Higelin) et Alice (Charlotte Gainsbourg), cadre qui sort à peine d’un burn out et tente de se reconstruire.

Après deux heures de projection, un débat s’est engagé entre Jean-Claude Mas, secrétaire général de la Cimade, Lisa Carayon, bénévole de la Cimade et enseignante en droit à Paris X, et Delphine Coulin, auteur du livre Samba pour la France (Seuil – 2011) et co-scénariste du film.

Quel rôle a joué la Cimade, dont on ne cite jamais le nom dans le film ?

Jean-Claude Mas : Les réalisateurs ont assisté à des permanences où les bénévoles de la Cimade reçoivent des étrangers. Nous avons aussi jeté un regard sur le scénario.

Le film est-il réaliste sur la situation des sans-papiers ?

Jean-Claude Mas : Les scènes en rétention, au tribunal ou au travail disent des choses intéressantes avec un certain réalisme. Même si on constate que certains passages sont un peu caricaturés pour servir la comédie. On regrette que les réalisateurs et l’équipe du film n’aient pas profité du film pour faire passer un message.[…]

Poursuivez votre lecture gratuitement sur le site de Réforme

Dans la même rubrique...

Le combat du siècle

Dans Oxebo, Emmanuelle Klein reçoit le scénariste Loulou Dedola, pour un roman graphique racontant le parcours incroyable du boxeur Joe Frazier, jusqu’à son combat mythique contre Mohamed Ali.

Un contenu proposé par Fréquence Protestante

Marie Médard, une jeune résistante

Que faire lorsqu’on a 19 ans, en 1940 et que l’on est une jeune étudiante de bonne famille animée d’une foi fervente ?

Un contenu proposé par Éditions Ampelos

Des vies froissées… où es-tu maman ?

"Des vies froissées" est une histoire poignante qui aborde des sujets de société comme la maltraitance des enfants, les traumatismes, la maladie, les figures du père et de la mère et bien sûr la pauvreté. A découvrir sur Netflix.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

Noire… celle qui n’était pas Rosa Parks

Je vous recommande "Noire", de et avec Tania de Montaigne, mis en scène par Stéphane Foenkinos. Un spectacle capté au Théâtre du Rond-Point et diffusé sur la chaîne Culturebox.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Chaque semaine, Réforme commente les grands événements politiques, économiques, les phénomènes de société ainsi que les débats sociaux. Il offre un éclairage original sur l’actualité religieuse, artistique et littéraire.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants