The Two Faces of January

The Two Faces of January

Inspiré par Patricia Highsmith et tourné à la manière d'Hitchcock : un film noir très réussi.

Un contenu proposé par Pro-Fil

Publié le 1 juin 2014

Auteur : Françoise Wilkowski-Dehove

Lire directement l’article sur Pro-Fil

Rydal, un jeune américain, après avoir abandonné ses études à Yale gagne sa vie à Athènes comme guide pour touristes, à peine arnaqueur. Il rencontre un riche couple d’Américains, Chester et Colette, qui le fascine et l’entraîne dans un traquenard.

‘Les deux visages de Janus’. Janus est un dieu romain qui a donné son nom à ‘January’, janvier en français. ‘Pater’ est souvent associé au terme ‘Janus’. Le dieu est représenté avec deux visages car il est le gardien des portes, en particulier il ouvre le jour et la nuit, il observe donc l’Orient et l’Occident. Mais ses deux visages lui donnent aussi une certaine ambiguïté, souvent l’un noir, l’autre blanc dans les peintures. C’est cette particularité qui est exploitée dans le scénario.

Après les avoir croisés autour du Parthénon, ce qui ancre déjà le récit aux mythes de la Grèce antique, Rydal repère Chester et Colette dans un restaurant, et se montre tellement intéressé par le couple que Chester signale à son épouse l’insistance du regard du jeune homme. Colette fait remarquer à son mari qu’il est, lui-même, l’objet d’observation, tandis que Rydal répond aux questions de sa convive du moment : « Cet homme me fait penser à mon père ». […]

Lire la suite sur Pro-Fil

Dans la même rubrique...

Mank

Né en 1963, David Fincher s’est fait connaître avec Alien 3... Avec un réel talent, il s’intéresse curieusement à l’Hollywood des années 30-40 , dans Mank.

Un contenu proposé par Pro-Fil

La Fontaine : se souvenir toujours de la dignité de l’homme

La Fontaine est "un auteur qui, bien loin d’être un écrivain de fables pour enfants" porte les "valeurs d’humanisme avec un certain panache".

Un contenu proposé par Forum protestant

« Et l’homme créa les Dieux »

Emmanuelle Klein reçoit Joseph Béhé, pour sa brillante adaptation de l’essai de l’anthropologue Pascal Boyer. 368 pages de BD pour expliquer les rapports de l’Homme avec la religion, à découvrir aux éditions Futuropolis.

Un contenu proposé par Fréquence Protestante

Sur un air de Fado

Dans Oxebo, Emmanuelle Klein reçoit Nicolas Barral pour son roman graphique qui nous emmène à Lisbonne en 1968, dans un Portugal secoué par le régime autoritaire mis en place par Salazar.

Un contenu proposé par Fréquence Protestante

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Pro-Fil

Fondé par le pasteur Jean Domon, Pro-Fil propose chaque semaine des critiques de films et porte un regard protestant et filmophile sur le cinéma.

Derniers contenus du partenaire