The Two Faces of January

The Two Faces of January

Inspiré par Patricia Highsmith et tourné à la manière d'Hitchcock : un film noir très réussi.

Un contenu proposé par Pro-Fil

Publié le 1 juin 2014

Auteur : Françoise Wilkowski-Dehove

Lire directement l’article sur Pro-Fil

Rydal, un jeune américain, après avoir abandonné ses études à Yale gagne sa vie à Athènes comme guide pour touristes, à peine arnaqueur. Il rencontre un riche couple d’Américains, Chester et Colette, qui le fascine et l’entraîne dans un traquenard.

‘Les deux visages de Janus’. Janus est un dieu romain qui a donné son nom à ‘January’, janvier en français. ‘Pater’ est souvent associé au terme ‘Janus’. Le dieu est représenté avec deux visages car il est le gardien des portes, en particulier il ouvre le jour et la nuit, il observe donc l’Orient et l’Occident. Mais ses deux visages lui donnent aussi une certaine ambiguïté, souvent l’un noir, l’autre blanc dans les peintures. C’est cette particularité qui est exploitée dans le scénario.

Après les avoir croisés autour du Parthénon, ce qui ancre déjà le récit aux mythes de la Grèce antique, Rydal repère Chester et Colette dans un restaurant, et se montre tellement intéressé par le couple que Chester signale à son épouse l’insistance du regard du jeune homme. Colette fait remarquer à son mari qu’il est, lui-même, l’objet d’observation, tandis que Rydal répond aux questions de sa convive du moment : « Cet homme me fait penser à mon père ». […]

Lire la suite sur Pro-Fil

Dans la même rubrique...

Tiempo Después, no(tre) futur(e)…

Une satire intemporelle, intelligente et acérée sur le monde dans lequel nous vivons où sévissent la corruption, l’inégalité, et la décomposition des idéaux.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

« The Climb », une histoire d’amitié très drôle

Ce n’est pas un buddy movie ou un film de mecs, c’est une histoire d’amitié entre deux hommes très différents.

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

Un simple thé pour revenir à l’essentiel

"Dans un jardin qu’on dirait éternel", la réalisatrice Tatsushi Ohmori dépeint cette tradition ancestrale comme un refuge pour les femmes, un sanctuaire immaculé de calme et de sérénité.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

Cet amour qui nous grandit

L’auteure nous guide à la découverte du Cantique des cantiques, ce chant d’amour aux accents profanes et érotiques.

Un contenu proposé par Labor et Fides

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Pro-Fil

Fondé par le pasteur Jean Domon, Pro-Fil propose chaque semaine des critiques de films et porte un regard protestant et filmophile sur le cinéma.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram