Une journée de contrastes cannois

Une journée de contrastes cannois

"Mad Max", un film japonais, un film hongrois... Cannes ou le marathon des salles obscures !

Un contenu proposé par ArtSpi'in

Publié le 22 mai 2015

Auteur : Jean-Luc Gadreau

Lire directement l’article sur ArtSpi'in

Comme chaque année, il y a des jours marqués par les contrastes lors d’un Festival de Cannes. Il y en a constamment de toutes sortes, mais dans la programmation aussi peuvent s’enchainer des genres, des émotions, des cultures qui peuvent vous donner l’impression de perdre vos repères. Ce fut un peu le cas pour moi aujourd’hui…

Tout commence à 8h30 avec la première projection presse du jour dans le Grand Théâtre Lumière. Un événement qui a fait le buzz depuis de nombreuses semaines : La présentation du nouveau « Mad Max Fury Road ». Une affiche qui annonce la couleur « Seuls les fous survivent ». Vous aviez peut-être imaginé, fantasmé sur la folie possible de Miller dans ce nouvel et quatrième opus… et bien, c’est gagné, version plus, plus, plus ! Une course haletante du début à la fin faite de personnages déjantés et improbables, des explosions et un son dont la puissance n’a d’égale que le rythme du film (qui ne tarde pas puisqu’il vous faudra prendre votre souffle car la première demi-heure risque sinon de vous achever !). Alors bien entendu, il faut aimer le genre, mais une chose est sûre Miller s’est appliqué, s’est fait plaisir et ravira un grand nombre de spectateurs, comme d’ailleurs les applaudissements de fin de séance l’ont déjà démontré.

Bon, mais après 2h de « Mad Max », on se dit qu’il risque d’être difficile d’enchainer… surtout quand la séance suivante démarre pile 30 minutes après. Séance d’ouverture de la sélection « Un certain Regard » dans la salle Debussy avec « An », un film japonais de Naomi Kawase. Et alors, quel bonheur de se trouver apaisé par la douceur, la poésie et un certain humour grâce à cette histoire de pâtisseries mais aussi de relations humaines, d’image de soi, de maladie, de vieillesse et de sagesse.. […]

Lire la suite sur ArtSpi'in

Dans la même rubrique...

Avec Giotto en famille vers le Paradis

Avec Giotto en famille vers le Paradis

Marqué par John Armleder et l’arte povera, l’artiste conceptuel Ignazio Bettua admire Saint François d’Assise et ce sont les fresques de Giotto qui font vibrer en lui les émotions.

Un contenu proposé par Réformés
Gérard de Nerval, "les Chimères"

Gérard de Nerval, “les Chimères”

A écouter pour s'évader... Une émission concoctée par Christian Malaplate.

Un contenu proposé par Radio FM Plus
8 octobre 451. Ouverture du concile de Chalcédoine

8 octobre 451. Ouverture du concile de Chalcédoine

Il se clôturera le 1er novembre de la même année. On y proclame à nouveau la vérité biblique : Christ vrai Dieu et vrai homme.

Un contenu proposé par Un jour dans l’histoire

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

ArtSpi’in

Cinéma, culture, sport, spiritualité, société, Internet… Autant de sujets de prédilection du blog de Jean-Luc Gadreau, ArtSpi’in. Jean-Luc Gadreau est pasteur, mais aussi musicien, auteur, membre du jury œcuménique du cinéma, ambassadeur du SEL, directeur de l’EBCAM (École Baptiste de Communication, Arts, Multimédia) et supporter du PSG.

Derniers contenus du partenaire