Wonder Wheel (La roue des merveilles)

Dans l'effervescence du Coney Island des années 50, Woody Allen joue avec les émotions de quatre personnages. A l'écran, rêves brisés, amour avec ou sans retour, et trahison !

Un contenu proposé par Pro-Fil

Publié le 7 mars 2018

Auteur : Jacques Vercueil

Lire directement l’article sur Pro-Fil

L’histoire démarre calmement mais se noue en quelques instants : apparaît dans la foule une jeune femme en robe bariolée qui rapidement trouve Ginny, morose serveuse de palourdes et bientôt son mari Humpty. Carolina, 26 ans, qui jadis quitta le nid familial et un avenir tracé pour vivre l’aventure d’une femme de gangster, revient, ailes coupées, mendier son pardon auprès de son père et sa marâtre.

Un Woody Allen agréable qui nous replonge d’une façon nouvelle dans son enfance de petit rouquin, accro au cinéma […]

Lire la suite sur Pro-Fil

Dans la même rubrique...

Beale Street... Un bijou d'émotions

Beale Street… Un bijou d’émotions

« Si Beale Street pouvait parler » sort ce mercredi 30 janvier sur les écrans français. Adapté du roman de James Baldwin, le film de de Barry Jenkins brille de mille feux.

Un contenu proposé par ArtSpi’in
Colloque sur l’art brut à Fondation John-Bost

Colloque sur l’art brut à Fondation John-Bost

L’art brut existe-t-il ? C'est le thème du colloque organisé du 25 au 27 mars par le musée de la Fondation John-Bost.

Un contenu proposé par
Man of Steel

Man of Steel

Les super-héros, ces sauveurs aux pouvoirs surnaturels, ont souvent une dimension qui fait penser au Christ. Et parmi tous les super-héros, le premier d'entre eux est sans doute Superman.

Un contenu proposé par Croire et Vivre

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Pro-Fil

Fondé par le pasteur Jean Domon, Pro-Fil propose chaque semaine des critiques de films et porte un regard protestant et filmophile sur le cinéma.

Derniers contenus du partenaire

Inscrivez-vous à la newsletter de Regards protestants