Brigitte Oundagnon, une femme de salut

Elle intervient avec le Réseau des femmes croyantes et médiatrices pour la paix auprès des femmes centrafricaines traumatisées par les troubles qui ont touché le pays depuis 2012.

Un contenu proposé par Réforme

Publié le 11 mars 2016

Auteur : Claire Bernole

On imagine toujours volontiers la femme noire drapant ses courbes généreuses de tissus hauts en couleur. Brigitte Oundagnon ne fait pas mentir les stéréotypes, mais les transcende et les dépasse par sa personnalité autant que par son engagement. Depuis les débuts de la crise en Centrafrique, en 2012, elle fait partie du Réseau des femmes croyantes et médiatrices pour la paix qui s’est organisé pour venir en aide aux plus démunies d’entre elles, sans distinction de religions. Puis le réseau a œuvré en faveur du désarmement des milices de tout bord. « Aujourd’hui, la situation est redevenue relativement calme », explique Brigitte. D’aucuns craignaient que le deuxième tour de l’élection présidentielle, qui a eu lieu le mois dernier, n’engendre de nouveaux troubles, mais, au contraire, l’attitude d’Anicet George Dologuélé, perdant face à Faustin Archange Touadéra, en acceptant sa défaite, a conforté ce climat d’apaisement.

Identifier les attentes

Si la sphère politique se réorganise et semble ouvrir un chemin vers l’avenir, cela ne signifie pas pour autant que tout est rentré dans l’ordre. Plusieurs centaines de personnes continuent à vivre déplacées et les victimes d’exactions ne peuvent guérir sans une aide adaptée. Si le Réseau a dû mettre son activité en sommeil – plusieurs de ses responsables ayant dû s’arrêter pour raisons personnelles – c’est désormais au sein de sa paroisse, l’Église du Christ roi, que Brigitte s’investit. Le Groupe des femmes est devenu Mouvement des femmes, tant il s’est développé ces trois dernières années. Brigitte Oundagnon est l’un des leaders de la structure, qui comprend une vingtaine de personnes très impliquées, auxquelles viennent s’ajouter une dizaine de mobilisations occasionnelles. […]

Poursuivez votre lecture gratuitement sur le site de Réforme

Dans la même rubrique...

Au départ, j’étais civiliste au Togo

Ingénieur agronome, Thibaud Rossel est arrivé au Togo comme civiliste. Aujourd'hui conseiller technique en agroécologie, le jeune ingénieur agronome a pris racine dans ce pays.

Un contenu proposé par Radio Réveil

Alice et les fantômes du roi Léopold

Le saviez-vous ? Aux heures les plus sombres du passé colonial du Congo RDC, une missionnaire protestante, Alice Seeley Harris, a contribué à faire reculer la barbarie.

Un contenu proposé par Fil-info-francophonie

Une bougie virtuelle pour les victimes du coronavirus

Jusqu'au 24 mai, les citoyens helvétiques auront la possibilité d’allumer une bougie virtuelle sur une plateforme en ligne, afin d’exprimer leur solidarité avec les victimes de la pandémie de coronavirus.

Un contenu proposé par Évangeliques.info

Construire l’avenir des élèves de Mahanoro

À Mahanoro, le collège-lycée géré par la FJKM, l’Église réformée malgache, compte désormais une nouvelle salle de classe, construite avec le soutien financier du Défap.

Un contenu proposé par Défap

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Chaque semaine, Réforme commente les grands événements politiques, économiques, les phénomènes de société ainsi que les débats sociaux. Il offre un éclairage original sur l’actualité religieuse, artistique et littéraire.

Derniers contenus du partenaire