Centrafrique : « Nous sommes dans la fournaise »

Centrafrique : « Nous sommes dans la fournaise »

Violence quotidienne, survie au milieu des groupes armés qui peuvent attaquer à tout moment sous le regard de forces internationales passives : un témoignage frappant du calvaire que vit la population centrafricaine.

Un contenu proposé par Défap

Publié le 3 novembre 2014

Auteur : Franck Lefebvre-Billiez

Lire directement l’article sur Défap

Jusqu’au dernier moment, Ferdinand Bombayaké et Brigitte Oundagnon n’étaient pas certains de pouvoir prendre l’avion pour le Sénégal. Lui est le président du conseil presbytéral de l’Eglise protestante Christ-roi de Centrafrique (EPCRC), à Bangui ; elle est déléguée de son Église à la huitième AG de la Cevaa et épouse du vice-président de l’EPCRC, Bertin Oundagnon. Tous deux devaient porter des nouvelles de leur Eglise à l’Assemblée Générale de Saly, sur la côte sénégalaise. Mais quelques jours avant leur départ, les rues de Bangui se sont remplies de barrages.

La tension permanente qui règne dans la capitale centrafricaine entre groupes rivaux se réclamant qui des ex-Séléka, qui des anti-balaka, et qui tous rançonnent la population, avait de nouveau connu un pic de violences. Sur fond d’appels à la démission de la présidente Catherine Samba-Panza, de plus en plus contestée, des groupes d’anti-balaka avaient investi les rues ; pendant plusieurs jours, des tirs ont retenti dans plusieurs quartiers de Bangui, entre pillages, accrochages et représailles entre groupes rivaux. Une patrouille de la Minusca (Mission des Nations Unies pour la stabilisation en République Centrafricaine) a même été prise dans une embuscade qui a fait un mort et neuf blessés, dont un grave.

Ferdinand Bombayaké et Brigitte Oundagnon ont finalement pu prendre l’avion. Les barricades qui rendaient impraticable la route de l’aéroport avaient été démantelées. Ils sont arrivés, avec quelques jours de retard, à l’Assemblée Générale de la Cevaa, à Saly. Ils ont témoigné des souffrances quotidiennes de leur Eglise et, au-delà, de tous les Centrafricains. […]

Photo © Cevaa

Lire la suite sur Défap

Dans la même rubrique...

Mahalia Jackson : du Gospel à la salle Pleyel

A l'automne 1952, le public parisien l'attend, avec pour écrin, la salle Pleyel. Deuxième volet (2/4) de la série Mahalia Jackson et la France.

Un contenu proposé par Fil-info-francophonie

Quand la France appelle Mahalia Jackson

La « reine du Gospel » était aussi une protestante baptiste très fervente. Sa foi a marqué son art, sa carrière, sa vie. Son œuvre et ses voyages en France ont impacté la francophonie.

Un contenu proposé par Fil-info-francophonie

Années 1960, Mahalia Jackson, France et droits civiques

Mahalia Jackson revient en France à trois reprises à la rencontre du public, en 1961, 1968 et 1969, non seulement comme chanteuse d'exception, mais comme ambassadrice de l'émancipation des noirs américains.

Un contenu proposé par Fil-info-francophonie

« Une prière véhémente » : Mahalia Jackson vue de Paris

Retour sur les fameux concerts de la salle Pleyel. Quelles ont été les réactions ? Comment sa foi a-t-elle été perçue ?

Un contenu proposé par Fil-info-francophonie

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Défap

Le Défap est le service missionnaire de trois Églises protestantes de France : l’EPUdF, l’Unepref, l’UEPAL. Il accompagne, soutient, facilite et encourage l’activité missionnaire.

Derniers contenus du partenaire