La Nati, victorieuse vitrine de la multiculturalité suisse ?

L'équipe nationale de football suisse se caractérise par une forte présence de joueurs issus de la migration. Faut-il voir dans la "Nati" le reflet d’une société dont le système d’intégration a fait ses preuves ?

Un contenu proposé par La Vie Protestante

Publié le 14 juin 2016

Auteur : Lise Tran

Lire directement l’article sur La Vie Protestante

21 sur 23. C’est le nombre de joueurs suisses d’ascendance étrangère lors de la dernière Coupe du monde en 2014 au Brésil. Si la Nati est championne de la mixité, se classant numéro un en 2014 dans cette catégorie, reflète-t-elle réellement une société qui intègre ses ressortissants étrangers ?

Première observation : le nombre de joueurs issus des Balkans est important : il se monte à huit. Pour Marco von Ah, responsable de la communication à l’Association suisse de football (ASF), elle est « un effet miroir de la société suisse ». « La proportion de jeunes originaires des Balkans dans les classes s’élève en effet à un tiers à la fin des années 90 », explique de son côté Jérôme Berthoud, chercheur à l’UNIL et coauteur de l’ouvrage Le football suisse : des pionniers aux professionnels. « C’est précisément de cette génération que proviennent la plupart des footballeurs aux racines balkaniques actuellement au sein de la Nati. » D’autres conditions ont favorisé la surreprésentation de footballeurs issus d’ex-Yougoslavie, notamment la difficulté d’une ascension sociale via un parcours scolaire classique.

Exemples positifs

Cette forte représentation suffit-elle pour parler d’intégration réussie ? « Ce serait un raccourci… rétorque Jérôme Berthoud. Qui peut dire que tel joueur est intégré ? Il ne faut pas oublier que l’on parle d’une minorité de personnes, qui plus est une élite économique, pas forcément représentative de la société suisse. » Voir dans l’équipe « multikulti » une vitrine glorieuse d’un pays qui brille par son système d’intégration reste pourtant tentant. Pourquoi ? Les exemples positifs de la multiculturalité ne s’avèrent guère nombreux : « A travers les faits divers, les médias véhiculent une image négative des personnes d’origine étrangère. L’utilisation du foot comme témoin d’une société qui intègre ses étrangers permet de la contrebalancer », observe le chercheur. Enfin, une telle considération n’est pas dénuée de risques : « L’argument peut être utilisé à l’inverse. Les préjugés sur les Albanais pourraient ressortir pour justifier de mauvais résultats », poursuit le chercheur.

Lire la suite sur La Vie Protestante

Dans la même rubrique...

Découvrir les églises évangéliques tamoules en France

Le saviez-vous ? Il existe un protestantisme évangélique tamoul très vivace... Et pas seulement au Sri Lanka. Premier zoom sur sa présence en France.

Un contenu proposé par Fil-info-francophonie
L'Église méthodiste du Togo

L’Église méthodiste du Togo

Rencontre avec la présidente de l'Église, la révérende Martine Grâce Nadou-Madjé Zinsou-Lawson.

Un contenu proposé par Cevaa
Madagascar : Eglises et religions en 2019

Madagascar : Eglises et religions en 2019

Quelles sont aujourd'hui les réalités confessionnelles sur la Grande Île ? Voici un état des lieux sur les religions à Madagascar.

Un contenu proposé par Fil-info-francophonie

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

La Vie Protestante

La Vie Protestante était un journal de spiritualité édité par l’Église protestante de Genève. Fort de 70 ans d’expérience, le mensuel abordait les thèmes qui font débat et qui interrogent l’homme. Dans un monde en mutation profonde, La Vie Protestante traitait la question du sens et portait un regard éthique et humaniste sur les enjeux de notre société et sur les grandes valeurs spirituelles.

Suite à l’interruption de parution du journal en novembre 2016, nous n’alimentons plus en nouveaux contenus la page de ce partenaire.

Derniers contenus du partenaire