Serge Sivya, donner sa chance à la non-violence

Ce Congolais milite au sein de la Lucha, un mouvement pacifiste de défense des droits humains, à Goma, au Kivu.

Un contenu proposé par Réforme

Publié le 29 décembre 2015

Auteur : Emmanuelle Portejoie

Imaginez un Martin Luther King au tout début du mouvement non-violent pour les droits civiques américains, avec Internet et Facebook en plus. Cela vous donne une petite idée de qui est Serge Sivya, vingt-huit ans, la foi chevillée au corps, étudiant en médecine au Kivu en république démocratique du Congo, et fer de lance de la mobilisation prodémocratique dans son pays. Il a déjà fait de la prison, connaît les brutalités policières et la torture. Mais rien ne fera chanceler sa détermination.

C’est tout d’abord en tant que médecin stagiaire qu’il s’est impliqué dans la lutte pour les droits humains. Il explique : « Dans notre pays tropical, les problèmes de santé relèvent de la santé publique. Si on prévient les maladies, on sauvera beaucoup plus de vies que si on les guérit. Nous sommes surtout confrontés à des maladies dites “de mains sales”, provoquées par une mauvaise hygiène à cause de la pénurie d’eau. » Un comble pour une ville, Goma, située au bord du grand lac servant de frontière avec le Rwanda. Mais voilà, le lac est pollué et l’eau distribuée – trop rarement – dans les habitations n’est pas potable. […]

Poursuivez votre lecture gratuitement sur le site de Réforme

Dans la même rubrique...

Intégrer l’agroécologie dans les programmes missionnaires

Comment nourrir les populations de manière durable ? Interview de Juliane Ineichen, responsable d'un projet agroécologique.

Un contenu proposé par Réformés

Des masques qui changent des vies

Face aux mesures sanitaires liées au Coronavirus, des jeunes filles d’un centre d’accueil de parrainage se sont portées volontaires pour réaliser des masques réutilisables et les proposer à ceux qui ne pouvaient pas s’en procurer.

Un contenu proposé par Blog du Sel

Une pandémie révélatrice des forces et faiblesses

Médecin chef de l’hôpital presbytérien de Djoungolo au Cameroun, le docteur Célin Nzambe témoigne de l’impact de la crise sanitaire dans son pays.

Un contenu proposé par Défap

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Chaque semaine, Réforme commente les grands événements politiques, économiques, les phénomènes de société ainsi que les débats sociaux. Il offre un éclairage original sur l’actualité religieuse, artistique et littéraire.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram