APPRENDRE

10 mai 1940. « La drôle de guerre » et l’Armée du Salut

Au début de l'année 1940, à quelques semaines du déclenchement des combats (10 mai 1940), le public français se vit proposer deux films avec des héroïnes appartenant à l'Armée du Salut.

Un contenu proposé par Un jour dans l'histoire

Publié le 10 mai 2021

Lire directement l’article sur Un jour dans l'histoire

Il y eut « Les musiciens du ciel », puis « La charrette fantôme ».

Les musiciens du ciel, de Georges Lacombe (1939), avec Michèle Morgan (20 ans).
Le jeune Victor est un petit apache de la zone qui cambriole avec un camarade. Ce dernier est emprisonné pour faux monnayage. Victor refuse de le trahir, il est relâché. Sans travail, il mendie en simulant la cécité. Une officière de l’Armée du salut, la lieutenante Saulnier, l’emmène chez elle, le démasque, le garde à l’Armée du salut. Victor se convertit, accompagne partout la lieutenante dont l’œuvre de bienfaisance est décrite de façon adroite et attachante. Épuisée, la lieutenante meurt la nuit de Noël. Victor, qui a revêtu l’uniforme de l’Armée du salut, est désespéré de cette mort, mais il vivra pour continuer l’œuvre de celle qui l’a sauvée. Un carton, au début du film, le dit nettement : le film de Georges Lacombe a reçu l’approbation de la direction de l’Armée du Salut. Michel Simon, qui a trouvé chez les Salutistes une voie qui convient à ses failles, est absolument parfait (il est vrai qu’il était Genevois).

« La charrette fantôme » de Julien Duvivier (1939) avec Micheline Francey (21 ans).
L’action se déroule dans une ville imaginaire entre les bas fonds et un foyer de l’Armée du salut. Il s’y trouve une charrette chargée de ramasser les dépouilles des vagabonds morts dans les rues. Son grincement ne serait audible que de ceux qui sont sur le point de mourir et chaque fin d’année, celui qui meurt au douzième coup de minuit, devient à son tour, pour l’année nouvelle le charretier de […]

Lire la suite sur Un jour dans l'histoire

Dans la même rubrique...

Un médecin face à la peur de la mort

Vincent Rébeillé-Borgella, médecin à Lyon, dresse un panorama de l'évolution de la prise en charge de la mort dans l'Histoire de la médecine et analyse son rapport à la religion et à la science.

Un contenu proposé par Blog de la Librairie protestante

Louis Rossel, protestant et chef militaire de la Commune

Fusillé le 28 novembre 1871, il est devenu un des symboles des victimes de la répression.

Un contenu proposé par Le Protestant de l’Ouest

La charité, de la Bible à nos jours

Ce livre, issu d’un colloque scientifique, a pour but de définir ce que désigne la charité dans les religions abrahamiques.

Un contenu proposé par LibreSens

Le musée-presbytère du pasteur Oberlin

L’histoire du Musée Oberlin et de son projet de développement est étroitement liée à celle du presbytère de Waldersbach. Par Fabien André, pasteur à Neuviller-la-Roche et au Musée Oberlin.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager