Barack Obama à Jérusalem

Barack Obama à Jérusalem

Au moment où Barack Obama se rend pour la première fois en visite officielle en Israël, un nouveau gouvernement, issu des élections du 22 janvier, se met en place à Jérusalem, sous la direction de Benyamin Netanyahou.

Un contenu proposé par Réforme

Publié le 20 janvier 2015

Auteur : Thomas Ferenczi

Au moment où Barack Obama se rend pour la première fois en visite officielle en Israël, un nouveau gouvernement, issu des élections du 22 janvier, se met en place à Jérusalem, sous la direction de Benyamin Nétanyahou. Le président américain, qui entretient des relations difficiles avec le Premier ministre israélien, est soucieux de prouver son attachement à la sécurité de l’État juif mais il est aussi désireux de relancer le processus de paix avec les Palestiniens, interrompu depuis plusieurs années.

Aucun progrès n’a été accompli pendant le premier mandat de Barack Obama. Le président américain n’a pas réussi à faire fléchir le chef du gouvernement israélien sur la colonisation juive en Cisjordanie. Il a ensuite pratiquement renoncé à toute initiative pour essayer de débloquer la situation.

Quant à Benyamin Nétanyahou, il n’a rien fait pour favoriser la reprise d’une négociation pouvant conduire à la création d’un État palestinien. Au contraire, sa politique a consisté à rendre une telle perspective de plus en plus improbable.

Vingt ans après les accords d’Oslo, qui avaient fait naître d’immenses espoirs, est-il possible que la relation israélo-palestinienne prenne un nouveau départ après la double réélection du président américain et du Premier ministre israélien ? On a le droit d’en douter.

Du côté américain, aucun plan de paix n’est sur la table et Barack Obama reste évasif sur le sujet. Du côté israélien, la question a été presque absente de la campagne électorale, qui s’est focalisée sur les problèmes économiques et sociaux. […]

Poursuivez votre lecture gratuitement sur le site de Réforme

Dans la même rubrique...

En Suisse, léguer aux Églises, pourquoi pas ?

Avec la pandémie, les Suisses sont plus nombreux à imaginer coucher les Églises sur leurs testaments. De quoi donner peut-être envie aux institutions de partir en campagne.

Un contenu proposé par Réformés

Après Trump, les évangéliques américains en crise

L’épisode de l’attaque du Capitole risque de sonner le recul de l’influence de ceux qui ont soutenu Trump, et en particulier, les évangéliques.

Un contenu proposé par Campus protestant

Au Capitole, une bannière « Jésus 2020 » brandie par des manifestants

La présence de bannières religieuses au sein de la manifestation du 6 janvier au Capitole a de nouveau mis en lumière le soutien indéfectible d’une partie de la droite évangélique à Donald Trump.

Un contenu proposé par Réforme

La gauche américaine est-elle encore républicaine ?

Parti des universités américaines un mouvement intellectuel cristallise les identités des minorités actives. Au risque de créer des catégories humaines dont on ne pourra sortir. Une tendance ancrée parmi les démocrates. Explications.

Un contenu proposé par Campus protestant

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Chaque semaine, Réforme commente les grands événements politiques, économiques, les phénomènes de société ainsi que les débats sociaux. Il offre un éclairage original sur l’actualité religieuse, artistique et littéraire.

Derniers contenus du partenaire