Crise migratoire, de la parole aux actes

Les Églises en font-elles assez pour les migrants ? Le point sur ce que les Églises font – et ne font pas pour accueillir les réfugiés.

Un contenu proposé par La Vie Protestante

Publié le 8 octobre 2015

Auteur : Aline Bachofner

Lire directement l’article sur La Vie Protestante

« En matière d’asile, les beaux discours doivent être accompagnés d’actes », affirmait le 20 août 2015 Christophe Darbellay dans le quotidien alémanique Basler Zeitung. Le président du PDC suisse reprochait aux Églises d’être plus promptes à sermonner les politiques dans le dossier de l’asile que d’ouvrir leurs portes aux réfugiés. Il faut dire que moins d’un mois auparavant, les monastères du canton de Zoug, interpellés par les autorités cantonales, faisaient savoir qu’ils ne seraient pas en mesure d’accueillir des réfugiés, faute de places et de structures adaptées. Et dans le canton de Genève, à la fin du mois de juin, la paroisse catholique du Sacré-Cœur renonçait à accueillir la trentaine de requérants déboutés du collectif No Bunkers, suite à l’échec des négociations avec la Ville de Genève sur la question de la prise en charge financière des éventuels dommages.

Le ping-pong avec l’État

Alors, les Églises sont-elles frileuses lorsqu’il s’agit de passer de la parole aux actes ? « Les Églises n’ont pas attendu la crise migratoire pour se préoccuper de l’asile », rétorque Claude Ruey. Le président de l’œuvre d’entraide protestante EPER cite les nombreuses initiatives prises par les Églises membres de la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS) au cours des derniers mois pour renforcer l’aide aux migrants. L’Église évangélique réformée du canton de Vaud a, par exemple, mis la main au porte-monnaie pour soutenir le Service d’aide juridique aux exilés, en difficulté financière, et elle vient d’appeler les paroisses à ouvrir leurs locaux, notamment les cures ; La FEPS a financé des postes d’aumôniers dans les nouveaux centres d’hébergement des migrants; plusieurs Églises cantonales, dont Bâle-Campagne, Berne, Schaffhouse et Saint-Gall viennent d’accorder 10’000 francs de plus pour soutenir l’aide d’urgence en Irak. Quant à l’EPER, elle est présente au Liban et au nord de l’Irak dans des camps de réfugiés; en Serbie, pour venir en aide aux migrants sur la route de l’exode; et, en plus de ses bureaux d’aide juridique aux exilés, elle est active en Suisse dans l’intégration des réfugiés notamment par la mise à disposition de jardins familiaux. […]

Lire la suite sur La Vie Protestante

Dans la même rubrique...

De quoi Trump est-il le nom ?

L'édito vidéo du 5 novembre du théologien Antoine Nouis du journal Réforme sur l'actualité de la semaine.

Un contenu proposé par

100 ans de service au nom du Christ

L’année 2020 marque pour le Mennonite Central Committee ou MCC, ministère mondial des Églises anabaptistes, cent ans de secours, de développement et de service pour la paix au nom du Christ.

Un contenu proposé par

L’avenir est entre de bonnes mains !

Drôles, résilients, surprenants... Les enfants représentent un tiers de la population mondiale et son avenir. Voici 19 histoires pour rappeler combien ils sont précieux.

Un contenu proposé par Blog du Sel

La Suisse en marche vers le mariage pour tous

Après le Conseil national en juin dernier, la Commission des affaires juridiques du Conseil des États s’est aussi prononcée en faveur de ce texte, jeudi 12 novembre.

Un contenu proposé par Évangeliques.info

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

La Vie Protestante

La Vie Protestante était un journal de spiritualité édité par l’Église protestante de Genève. Fort de 70 ans d’expérience, le mensuel abordait les thèmes qui font débat et qui interrogent l’homme. Dans un monde en mutation profonde, La Vie Protestante traitait la question du sens et portait un regard éthique et humaniste sur les enjeux de notre société et sur les grandes valeurs spirituelles.

Suite à l’interruption de parution du journal en novembre 2016, nous n’alimentons plus en nouveaux contenus la page de ce partenaire.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram