Hongrie : fallait-il se réjouir ?

Hongrie : fallait-il se réjouir ?

Je me suis réjoui Il y a quelques semaines, la Hongrie a annoncé par la voix de son premier ministre Viktor Orbán, la création d’une agence gouvernementale consacrée au sauvetage et à la protection des chrétiens dans le monde.

Un contenu proposé par Grains de sel

Publié le 5 octobre 2016

Auteur : Georges Mary

Lire directement l’article sur Grains de sel

Je pouvais me dire : « Voilà enfin un pays occidental qui se préoccupe du sort de ces millions de chrétiens qui subissent tant de souffrances du seul fait de leur foi ».

Je me réjouis aujourd’hui beaucoup moins

En effet, j’ai compris que le référendum de ce dimanche 2 octobre avait pour but de donner à ce même premier ministre les mains libres pour refuser d’accueillir des réfugiés dans son pays, ce que lui demande « Bruxelles », au nom de la solidarité européenne.

Pour être précis, la question posée était : « Voulez-vous que l’Union européenne décrète une relocalisation obligatoire de citoyens non-hongrois en Hongrie sans l’approbation du Parlement hongrois ? »
En réalité, cela voulait dire en quelque sorte : me permettez-vous de dire « non » à Bruxelles et ainsi pouvoir fermer en votre nom la porte à ces migrants que l’Union européenne nous demande d’accueillir chez nous ? […]

Lire la suite sur Grains de sel

Dans la même rubrique...

En Suisse, une pasteure invite des inconnus à un enterrement

La ministre zurichoise Priscilla Schwendimann a lancé un appel via les réseaux sociaux. Entretien.

Un contenu proposé par Réformés

L’assaut du Capitole, ultime legs de Donald Trump ?

Alors que Joe Biden s’apprête à succéder à Donald Trump, deux historiens évoquent le trumpisme et le tournant qu’a constitué l’assaut du Capitole, le 6 janvier dernier.

Un contenu proposé par Réforme

L’habitat de demain

En considérant le réchauffement climatique et les nouvelles technologies, des équipes d’architectes ont déjà conceptualisé plusieurs types de villes du futur.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

« Amen » et « Awomen »… la bonne blague !

Réagir avec humour à la polémique qui secoue les États-Unis… chiche ?! Lors de la prière à l’ouverture du Congrès le 3 janvier, un député démocrate a fini son intervention par un « amen »… suivi d’un audacieux inclusif « awomen ».

Un contenu proposé par ArtSpi’in