Irak, le glas qui sonne la fin des mythes américains

Irak, le glas qui sonne la fin des mythes américains

L’Irak a été défiguré par la guerre, les États-Unis aussi. Une décennie après le début de l’opération « Liberté irakienne », l’Amérique fait le bilan de son intervention. Discrètement.

Un contenu proposé par Réforme

Publié le 4 avril 2013

Auteur : Alexis Buisson

Le 9 avril 2003, square Firdos à Bagdad. Un jeune militaire américain place une corde autour du cou de la statue de Saddam Hussein, qui trône au milieu de la place. Tirée par un tank, elle finit par être déboulonnée de son socle. La foule se précipite, lui donnant des coups de pied. Image culte d’une guerre que les Américains pensaient gagnée.

L’Irak que Melvin Talbert a découvert moins d’un an plus tard était bien moins enthousiaste. En 2004, ce prêtre de l’United Methodist Church, l’Église de George W. Bush, s’est rendu dans le pays accompagné d’autres leaders religieux. Opposant notoire à la guerre, il y a découvert une population cassée, désillusionnée. « Ils répétaient que les Américains n’étaient venus que pour les réserves pétrolières, se souvient-il aujourd’hui. Cette guerre était immorale. Je l’ai dit à l’époque, je n’ai pas changé d’avis. »

Cette opinion, une écrasante majorité d’Américains la partagent aujourd’hui. Quelques chiffres : trois Américains sur quatre ont soutenu le retrait des troupes engagé par Barack Obama en 2009 et terminé deux ans plus tard, selon un sondage de l’institut Gallup en 2011. Selon un autre sondage, réalisé par ABC et le Washington Post, 58 % des Américains assurent que la guerre en Irak ne valait pas le coup, contre 34 % d’opinions inverses. Même les républicains, au sein desquels l’on enregistrait les plus forts taux de soutien à la guerre, se sont ravisés : de 91 % en 2003, la part des sondés favorables à l’envoi des troupes est passée à 57 % en 2013. « C’était un désastre, s’exclame Tom Andrews, un ancien élu démocrate qui dirige une coalition de groupes pacifistes nommée Win Without War. On a délibérément menti au peuple américain. La force militaire a été confrontée à ses limites. Et les États-Unis ont ignoré les instances de sécurité collective mises en place après la guerre. » […]

Poursuivez votre lecture gratuitement sur le site de Réforme

Dans la même rubrique...

Gérard Depardieu s’est converti au christianisme orthodoxe

L’acteur s’est fait baptiser le 4 septembre dans la cathédrale russe Saint-Alexandre-Nevsky. Une décision démontrant à la fois sa proximité avec Moscou et son intérêt pour les religions.

Un contenu proposé par

Avec la Solidarité protestante, soutenir Beyrouth

Suite aux explosions meurtrières, un appel au don est lancé par la Fondation du protestantisme, via la rubrique Solidarité protestante.

Un contenu proposé par Église protestante unie de France – Infos

Kamala Harris, colistière de Joe Biden et protestante baptiste

Si le candidat démocrate l’emporte face à Donald Trump, en novembre prochain, Kamala Harris deviendra vice-présidente.

Un contenu proposé par

Crise au Liban : le pasteur de Beyrouth témoigne

Le pasteur Gérard Riess, qui a passé huit mois à la tête de l’Eglise protestante française de Beyrouth, décrit une situation dramatique.

Un contenu proposé par

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Chaque semaine, Réforme commente les grands événements politiques, économiques, les phénomènes de société ainsi que les débats sociaux. Il offre un éclairage original sur l’actualité religieuse, artistique et littéraire.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram