La « méritocratie tronquée » de Margaret Thatcher

La « méritocratie tronquée » de Margaret Thatcher

L'ex-Premier ministre du Royaume-Uni Margaret Thatcher, dont les obsèques ont fait polémique, a basé sa politique sur ses conceptions religieuses et sa foi en l’individu.

Un contenu proposé par Réforme

Publié le 17 avril 2013

Auteur : Marie Billon

Elle était lucide. « Il nous reste encore à trouver une manière de faire cohabiter la charité chrétienne et une politique sociale viable ». Cette phrase, Margaret Thatcher l’a écrite en 1995, cinq ans après avoir quitté le pouvoir, un peu comme un aveu d’échec. Elle qui s’est tant réclamée des valeurs chrétiennes pour expliquer ses politiques a eu les pires relations possibles avec l’Église d’Angleterre. Dès son entrée en politique, Margaret Thatcher a avoué avoir été fortement influencée par la religiosité de son père, un prédicateur laïc méthodiste. C’est lui qui l’a poussée à s’engager dans la vie publique.

De petit épicier local, il est devenu, pour une courte période, maire de Grantham, à l’est de l’Angleterre. Sa fille en gardera la conviction inébranlable que, quelle que soit sa situation, il suffit de se donner les moyens pour réussir. Comme son père avait voulu le faire au niveau local, Margaret Thatcher a cherché à mettre en cohérence ses convictions religieuses et la politique. La responsabilité individuelle et l’effort sont des valeurs fondamentales du méthodisme, cette branche du protestantisme née au XVIIIe. Celle qui deviendra « la Dame de fer » n’a pas abandonné ses convictions en se convertissant à l’anglicanisme dans les années 1950. En 1981, le Premier ministre en a déduit que « c’est à l’individu que les dix commandements s’adressent. »

La liberté de choix et la responsabilité individuelle furent donc les bases de sa politique, et, pour elle, l’effort était indissociable de ces deux notions. « La raison fondamentale de notre présence sur cette terre est de s’améliorer pour être prêt pour la vie d’après », avait-elle déclaré en 1987. C’était une conception « simpliste » selon l’ancien évêque Michael Hare Duke. Le prélat s’était prononcé après le discours que Margaret Thatcher a donné en 1988, devant l’Assemblée générale de l’Église d’Écosse, où elle tentait une nouvelle fois d’expliquer sa politique par sa foi. « Manifestement, elle était une amatrice donnant des conseils à des professionnels, mais ça ne l’empêchait pas de penser que les Écritures étaient de son côté », a estimé l’évêque. […]

Poursuivez votre lecture gratuitement sur le site de Réforme

Dans la même rubrique...

La petite fille de Billy Graham appelle à ne pas voter Trump

Pour Jerushah Duford, le soutien évangélique à Donald Trump est une insulte à l’héritage de son grand-père.

Un contenu proposé par Évangeliques.info

Aux États-Unis, 2500 évangéliques de renom manifestent leur soutien à la science

Dans un contexte où les mesures sanitaires sont souvent controversées, ils appellent les chrétiens à suivre les conseils des experts en santé publique.

Un contenu proposé par Réformés

Déboires conjugaux du dirigeant évangélique Jerry Falwell

Jerry Falwell, proche de Donald Trump, a été contraint de quitter la présidence de Liberty University après des révélations sur sa vie privée jugées contraires aux valeurs chrétiennes.

Un contenu proposé par

Gérard Depardieu s’est converti au christianisme orthodoxe

L’acteur s’est fait baptiser le 4 septembre dans la cathédrale russe Saint-Alexandre-Nevsky. Une décision démontrant à la fois sa proximité avec Moscou et son intérêt pour les religions.

Un contenu proposé par

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Chaque semaine, Réforme commente les grands événements politiques, économiques, les phénomènes de société ainsi que les débats sociaux. Il offre un éclairage original sur l’actualité religieuse, artistique et littéraire.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram