L’Alliance évangélique mondiale condamne le suprématisme blanc

Après la National Association of Evangelicals, l'Alliance évangélique mondiale a condamné à son tour le suprématisme blanc et le racisme, suite au drame qui a frappé Charlottesville.

Un contenu proposé par Évangeliques.info

Publié le 25 août 2017

Lire directement l’article sur Évangeliques.info

« Les évangéliques, à la suite de Jésus-Christ, le prince de paix, qui a donné sa vie pour abattre le mur de séparation entre les peuples (Eph. 2, 14) prient pour que la paix du Jésus puisse régner au sein de communautés marquées par une grande diversité ethnique, comme c’est le cas notamment aux États-Unis », a indiqué Bishop Efraim Tendero, secrétaire général de l’AEM, dans un communiqué diffusé le 19 août.

La prise de position précise que « chaque individu est créé à l’image de Dieu » et qu’à la suite de l’apôtre Paul, les évangéliques rappellent « qu’il n’y plus ni juif ni non-juif, il n’y a ni esclave ni homme libre, ni homme ni femme, car tous sont un en Jésus-Christ » (Gal. 3, 28). […]

Lire la suite sur Évangeliques.info

Dans la même rubrique...

Elon Musk rachète Twitter pour 44 milliards de dollars

Le patron de Tesla et de SpaceX a passé un accord définitif avec le conseil d’administration de Twitter pour racheter le réseau social, valorisé à 44 milliards de dollars.

Un contenu proposé par Réforme

Russie : « Nous sommes encore face au totalitarisme communiste »

L'invasion de l'Ukraine n'est pas une réaction aux menées de l'Otan ou de l'Europe, il s'agit d'une entreprise impérialiste d'un régime totalitaire, explique le théologien orthodoxe, Jean François Colosimo.

Un contenu proposé par Campus protestant

Justice climatique : des chrétiens mobilisés contre des projets pétroliers

L’ONG Greenfaith soutient des chrétiens engagés en Ouganda et Tanzanie qui viennent témoigner en France contre des projets pétroliers portés par TotalEnergies.

Un contenu proposé par Réforme

Syrie : une nouvelle loi restreint la liberté d’expression

Les Syriens qui publient des informations jugées préjudiciables au gouvernement de Bachar Al-Assad seront emprisonnés pour au moins six mois.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi