Le Mexique dans la lumière, grâce au pape

La pasteure Nathalie Chaumet salue l'initiative du pape François de se rendre au Mexique et de dénoncer les situations de corruption, de pauvreté, de drogue et de violence.

Un contenu proposé par Réforme

Publié le 22 février 2016

Auteur : Nathalie Chaumet

Dans ce « Bible et Actualité », je voudrais simplement saluer les signes d’appel à la vie et à la paix que le pape François pose au cours de son voyage au Mexique. Par ses déplacements dans les régions les plus défavorisées de ce pays, il met en lumière un État pour partie marqué par la drogue et la pauvreté. Sur les traces du pape, coup de projecteur donc sur un pays en proie à la violence malgré des atouts économiques majeurs, notamment dans la production pétrolière.
Bien qu’il soit la quatorzième économie mondiale, le Mexique est tristement réputé pour son taux record de criminalité. La violence qui y règne a été médiatisée en Europe par l’affaire des 43 étudiants disparus en 2014. Si leur enlèvement (et leur assassinat probable) a suscité une vague d’émotion mondiale, leur disparition est tristement symptomatique de la violence qui régit le pays.
Ainsi entre 2007 et 2012, le crime organisé aurait fait près de 50 000 victimes sur l’ensemble du territoire dans une impunité quasi totale. Or sur certains sites de référence, ce chiffre est bien plus important et doit être encore gonflé des nombreuses disparitions non élucidées. Au Mexique vivre se fait donc sur fond de peur, sortir, se rendre à son travail, voir des amis peut être dangereux tant les meurtres sont nombreux. Cette culture de la mort est essentiellement due à l’emprise des réseaux de la drogue et du trafic de personnes et d’organes.

Violence omniprésente

Or la tâche contre les trafiquants est d’autant plus difficile que la corruption gangrène la société. Ainsi, bien que le gouvernement ait mené ces dernières années des arrestations spectaculaires, la violence reste omniprésente. Ciuadad Juárez, ville où le pape se sera rendu, est tristement emblématique de cette criminalité qui emporte le pays. À la frontière avec les États-Unis, séparée de la cité texane El Paso par le Rio Bravo, elle a connu un essor économique considérable à la fin du XXe siècle. En effet, du fait de sa position frontalière, elle a attiré bon nombre d’entreprises, surnommées les maquiladoras, cherchant à profiter d’une défiscalisation avantageuse. Ce faisant, elle offre de nombreux emplois aux populations les moins qualifiées. Malheureusement, sa position frontalière a aussi fait d’elle un point d’acheminement stratégique de la cocaïne pour les narcotrafiquants. Qualifiée jusqu’à peu de ville la plus violente au monde, cette cité est aussi parfois surnommée « la ville qui tue les femmes » du fait du taux impressionnant de « féminicides ».

Poursuivez votre lecture gratuitement sur le site de Réforme

Dans la même rubrique...

Les chrétiens du monde entier se préparent à se rassembler

Bien que la pandémie de COVID-19 continue de se propager dans le monde entier, les derniers préparatifs sont en cours pour l’un des plus grands évènements de prière au monde, traditionnellement célébré du 18 au 25 janvier.

Un contenu proposé par Défap

Le protestantisme en nette progression au Mexique

Le recensement national au Mexique indique un net recul du catholicisme au profit du protestantisme, mais aussi des ”sans religion”.

Un contenu proposé par Réforme

L’Europe et les autres

Dans le jeu à trois mené par les Etats-Unis, la Chine et la Russie, l’Europe saura-t-elle s’imposer comme le quatrième partenaire ?

Un contenu proposé par L’esprit européen

Hausse de la persécution des chrétiens en 2020

Pression, surveillance d’État, radicalisation, extrémisme ont augmenté portant la Corée du nord, l’Inde ou la Chine parmi les pays les plus répressifs du nouvel Index mondial de l’ONG Portes Ouvertes.

Un contenu proposé par Évangeliques.info

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Chaque semaine, Réforme commente les grands événements politiques, économiques, les phénomènes de société ainsi que les débats sociaux. Il offre un éclairage original sur l’actualité religieuse, artistique et littéraire.

Derniers contenus du partenaire