Refuser les priorités dans l’indignation

Refuser les priorités dans l’indignation

Entre Maiduguri et Paris, entre le Kivu et l'Ukraine, devons-nous choisir notre camp ?

Un contenu proposé par Réforme

Publié le 28 janvier 2015

Auteur : Philippe Kabongo-Mbaya

Au moment où la France était rassemblée comme jamais par le passé à la suite des odieux attentats du 7 au 9 janvier, les massacres terroristes sur le continent africain ne faiblissaient point. Comme s’il s’agissait d’une chronologie concertée, Boko Haram avait poussé la barbarie encore un peu plus loin avec un carnage de plus de 2 000 personnes civiles dans le nord du Nigeria. Une horreur absolue. En ces mêmes jours, la somme des victimes atteint trois chiffres comme à Beni dans l’est de la république démocratique du Congo. Là-bas, un génocide de basse intensité poursuit en douce le dépeuplement du pays. Plus de six millions de morts depuis 1997 !

La manifestation mondiale de l’indignation, après les massacres de Paris, a poussé certains à crier au scandale devant cette géographie sélective de la compassion. Non pas pour relativiser le choc et le sentiment de l’innommable éprouvé par les Français, mais en interrogeant le sens ou la légitimité de l’affliction des Africains, se disant des « Charlie », alors que leurs sociétés connaissent nuit et jour la terrible réalité de la mort en vrac. Une terreur délibérément maintenue pour chasser les populations des certaines terres convoitées pour d’autres intérêts.

Paul Biya, président de la république du Cameroun, taciturne notoire, réputé pour son détachement vis-à-vis des agitations politiques dans son pays comme ailleurs en Afrique, cet homme avare en commentaires publics, est entré dans la danse de la rivalité victimaire. « Mes collègues africains rendent des hommages aux morts français mais les morts de chez nous ils s’en foutent. Vous faites honte à l’Afrique. »

Charlie et l’Afrique

Voilà ce qu’il avait tweeté au moment où six chefs d’État africains étaient à Paris, le dimanche 11 janvier lors de la marche pour « Charlie ». Rivalité victimaire ? Allons-y jusqu’au bout. Je n’ai jamais lu une expression d’indignation de Paul Biya au sujet de ce qui se passe dans l’est du Congo-Kinshasa, mais lorsque la terreur gagne l’extrême nord du Cameroun… […]

Poursuivez votre lecture gratuitement sur le site de Réforme

Dans la même rubrique...

Evan Mawarire, le pasteur et activiste retourne en prison

Evan Mawarire, le pasteur et activiste retourne en prison

En 2017, ce pasteur évangélique militant avait participé à la destitution du dictateur Robert Mugabe.

Un contenu proposé par Réformés
Inde/Pakistan : les dangers de l’extrémisme identitaire

Inde/Pakistan : les dangers de l’extrémisme identitaire

En Asie du Sud, nationalismes et replis identitaires mettent en danger la stabilité de la région. Analyse du géopolitologue Didier Chaudet.

Un contenu proposé par
Les protestants minoritaires dans le pays de Luther

Les protestants minoritaires dans le pays de Luther

Les protestants représentaient 59% de la population allemande en 1950. Ils n'étaient plus que 29 % en 2010. Comment expliquer ce rapide déclin du protestantisme dans le pays de Martin Luther ?

Un contenu proposé par Évangeliques.info

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Réforme est un hebdomadaire protestant d’actualité, né en 1945 de la Résistance. Consciente de cet héritage, l’équipe du journal souhaite se dégager de l’instantanéité de l’information pour décrypter, analyser, prendre de la distance face à un monde de plus en plus complexe.

logo

Derniers contenus du partenaire

Inscrivez-vous à la newsletter de Regards protestants