Solidarité internationale : Elsa Bouneau, directrice de la Fondation du Protestantisme, souligne les importants besoins de solidarité et d’entraide partout dans le monde. Elle nous rappelle des convictions fortes du protestantisme sur ces enjeux : l’accueil inconditionnel (sans critère d’origine ou de croyance) et participer à la restauration des personnes sans que la main qui donne soit au dessus de celle qui reçoit. Le protestantisme s’attache également à défendre les crises oubliées. Un engagement d’autant plus actuel que la guerre en Ukraine pourrait créer une hiérarchie des souffrances, délaissant les causes moins médiatisées.

Jeunesse – Éducation : Marion Muller-Colard, théologienne, enseigne la philosophie au lycée et porte donc cette thématique essentielle pour toute société. Si les enfants et les jeunes sont une priorité pour le monde de demain, la société a tendance à favoriser un modèle « d’adultes autocentrés et suffisants ». Elle interroge donc les moyens donnés au système éducatif, insuffisants pour atteindre des objectifs qui font pourtant consensus : plus d’inclusion, plus d’accompagnement individualisé, des effectifs adaptés. Cela passe nécessairement par une revalorisation des métiers de l’enseignement.