« Le football, une bonne école de vie »

« Le football, une bonne école de vie »

A la veille du Mondial de football, le coup d’œil d’Yves Débonnaire, 57 ans, sélectionneur de l’équipe suisse des moins de 17 ans et consultant à la RTS.

Un contenu proposé par bonne nouvelle

Publié le 3 juin 2014

Auteur : Vincent Volet

Lire directement l’article sur bonne nouvelle

Le monde va s’enflammer une nouvelle fois pour la Coupe du monde de football qui commence dans quelques jours au Brésil. Qu’en attendez-vous ? 

Yves Débonnaire : D’abord que ce soit véritablement une fête. Le spectacle est beau lorsqu’il y a de belles actions, une certaine folie dans le match et dans le stade. On peut s’émerveiller et partager de bons moments entre amis, quand quelque chose d’exceptionnel se passe sur le terrain : un goal extraordinaire, un joueur qui dribble, de beaux gestes techniques… C’est cela qui donne du plaisir et de la joie. Il faut des artistes sur le terrain. Espérons qu’il en sera ainsi.

Vous entraînez l’équipe des jeunes au niveau suisse. Quelle est leur motivation ? 

Quand un jeune arrive dans une équipe nationale, il vise à réussir dans ce sport. Avoir la possibilité de jouer dans une équipe de haut niveau, étrangère ou ici en Suisse. Et avec ça de bénéficier de conditions matérielles intéressantes. Mais cette élite ne représente qu’une toute petite partie des 250 000 jeunes qui jouent. Ceux-ci ne veulent pas faire carrière. Ils sont là pour le plaisir de jouer des matches le week-end avec des copains. Pour moi, cela compte autant, c’est l’essence même du jeu. […]

Crédit photo : Valdemar Verissimo

Lire la suite sur bonne nouvelle

Dans la même rubrique...

Jeunes en rupture : des vacances pour prendre du plaisir

Alors que le confinement a bouleversé la vie de ces jeunes, les séjours de vacances arrivent comme un vrai bol d’air.

Un contenu proposé par Armée du Salut

La réactivité des religions au temps du Covid

En Alsace, des initiatives interreligieuses ont témoigné de la solidarité entre communautés.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

La culture du flux et le déni

Le manque de masques de protection en France au début de la pandémie reflète l’échec d’une culture du flux, qui a évincé la culture du stock. L’expérience invite à réinvestir l’espace, le temps, le corps, la vulnérabilité, au lieu de les dénier.

Un contenu proposé par Forum protestant

Qui sont les anti-masques ?

La Fondation Jean Jaurès, affichant une sensibilité progressiste, vient de publier la première étude sérieuse en France sur ce sujet.

Un contenu proposé par

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

bonne nouvelle

bonne nouvelle était le mensuel de l’Église évangélique réformée du canton de Vaud, en Suisse. Il proposait des interviews, dossiers sur des thèmes d’actualité, reportages, informations et réflexions sur l’Église et la vie spirituelle.

Suite à l’interruption de parution du mensuel en novembre 2016, nous n’alimentons plus en nouveaux contenus la page de ce partenaire.

Derniers contenus du partenaire

Découvrez le blog Regards sur les paroisses