Au-delà du virtuel

Au-delà du virtuel

Les comptes en ligne, les profils sur les réseaux sociaux sont aujourd’hui le reflet de la vie menée par beaucoup d'internautes. Que se passe-t-il dans le cas d'une disparition ? Comment gérer cet héritage virtuel ?

Un contenu proposé par Paroles Protestantes - Paris

Publié le 1 novembre 2016

Auteur : Frédéric Genty

Internet et les réseaux sociaux créent de nouvelles habitudes. Les règles, procédures et services s’imaginent à mesure où les nouvelles questions se posent. Ainsi en va-t-il de la prise en compte du virtuel après la mort physique.

Au moment de la mort d’une personne, une série de procédures se met en marche : messages à l’état civil, à la sécurité sociale, à la banque… Mais la famille ne pense pas toujours aux réseaux sociaux et aux multiples comptes ouverts sur Internet. Ils sont le reflet de la vie menée par la personne : ses souvenirs, ses passions, les magasins où elle aimait commander. La découverte se fera parfois par un courriel de rappel adressé au ou par le défunt quand la configuration n’a pas été changée. Cela existait déjà avec la publicité papier mais la quantité a augmenté avec la facilité du virtuel. D’ailleurs, certains ne disent pas qu’ils possèdent des comptes ou ne laissent pas les mots de passe pour y accéder. Le réseau social restera alors le témoin de leurs espoirs passés avec parfois la surprise de continuer à les lire comme s’il s’agissait de leur journal intime. Internet, et a fortiori les réseaux sociaux, fonctionnent comme une sorte d’allégorie de l’au-delà : la vie y est dématérialisée, on ne peut pas le toucher, il semble illimité… de là à imaginer qu’il y aura aussi une vie éternelle, il n’y a qu’un pas.

Pas de profil inactif

Les réseaux sociaux ont mis du temps à s’apercevoir de cette non prise en compte de la mort physique. Cependant, depuis 2014, Facebook propose aux proches des défunts, soit de supprimer le compte soit de le transformer en « compte de commémoration », c’est-à-dire un compte où il est impossible à de nouveaux « amis » de s’inscrire, mais où il reste possible de partager des souvenirs et des pensées émues… Certains entretiennent longtemps le souvenir d’un défunt sur Facebook : les dates anniversaires, les souvenirs partagés dans le réseau des amis, les hommages, l’émotion… Aujourd’hui, la plupart des internautes ont fait de Facebook un haut lieu où se mélangent images, déclarations publiques et conversations privées. Du côté de Facebook, l’algorithme ne se préoccupe pas de savoir si la personne est vivante ou non, tout ce qui l’intéresse c’est que le profil reste actif, quitte à ce que cette activité se passe via des messages de condoléances.

Effacer toute trace

Toute médaille a son revers. Facebook pense aider en republiant certains contenus à leur date anniversaire. Il est alors bien agréable de revoir les photos des merveilleuses vacances passées sur une île paradisiaque. Parfois cependant, et c’est le cas de ce père qui a fait un scandale, le programme informatique ressort de sa propre initiative, les photos d’un proche maintenant décédé. Dans la vie aussi les endroits, odeurs, affaires font surgir en nous les souvenirs. Ils sont parfois troublants. Mais nous ne sommes pas forcément prêt à accepter d’un algorithme ce que nous tolérons de notre cerveau.

Enfin, alors que certains veulent perdurer sur la toile, d’autres cherchent à s’en faire disparaître. Cela consiste à retirer les amis, les images, les groupes… de manière systématique, puis, dans un dernier mouvement à désactiver le compte. Un néologisme décrit l’action « suicider son compte ». L’utilisation de ce verbe n’est pas neutre et montre que la limite entre le réel et le virtuel tend à s’estomper à l’usage. L’histoire récente de ce jeune homme sauvé du suicide parce que ses amis avaient repéré qu’il vidait ses comptes de réseaux sociaux en représente sans doute un point ultime.

Dans la même rubrique...

Les politiques ne peuvent échapper à la loi commune

Les responsables politiques en France n’ont pas d’autre option que de se conformer à une vision de la justice et de la morale commune.

Un contenu proposé par Campus protestant

Dear Valid People : « Jesse avec un E »

Damien Fargeout reçoit Jesse qui utilise sa chaine YouTube pour sensibiliser au handicap.

Un contenu proposé par Radio FM Plus

Tribune des militaires, un appel à l’ordre ou à la guerre civile ?

Face à la question de la fragmentation des sociétés occidentales et des tensions sociales qui en découlent, la tentation existe d’un besoin d’ordre et de sécurité. Les chrétiens auraient-ils un rôle à jouer pour l’apaisement de nos sociétés ?

Un contenu proposé par Campus protestant

Le Covid est-il une punition de Dieu ? (8) Et si on regardait les choses autrement ?

Plutôt que de chercher Dieu dans les causes du Covid, pourquoi ne pas le voir dans les solutions ?

Un contenu proposé par Le blog d’Antoine Nouis

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Paroles Protestantes – Paris

Paroles protestantes – Paris est le journal des réformés et luthériens en Région parisienne. Il apporte tous les mois à ses lecteurs informations et réflexions. Un dossier, préparé avec la presse régionale protestante, aborde chaque mois un thème de société.

logo

Derniers contenus du partenaire