Comment empêcher la montée de la haine ?

Comment empêcher la montée de la haine ?

La pasteure Nathalie Chaumet se demande pourquoi l'autre est une menace inquiétante alors que nous vivons dans une société mondialisée et multiculturelle dont nous savons profiter.

Un contenu proposé par Réforme

Publié le 30 mars 2015

Auteur : Nathalie Chaumet

La soif de puissance se nourrit souvent d’un sentiment de faiblesse intérieure. Elle vient alors s’étayer sur le rejet d’autrui nécessaire à l’affirmation d’une force puisée dans l’abaissement de l’autre. C’est bien à ce double phénomène que nous assistons dans notre société. La peur est là, grandissante : au près ou au loin, la barbarie et la menace d’attentats nous glacent d’horreur. À cette peur s’ajoute celle de la précarité si menaçante. Dans ce contexte social et économique fragilisé, le besoin de réassurance est grandissant. Malheureusement, les résultats électoraux montrent à quel point l’extrême fonctionne toujours comme un recours face à un sentiment général d’inquiétude.

En parallèle, les discours et actes haineux gangrènent de plus en plus notre vivre ensemble. En 2014, les actes antisémites ont doublé et les actes antimusulmans se sont multipliés après les attentats. Les réflexions ou actes racistes se banalisent, montrant à quel point le respect d’autrui est fragilisé. Dans ce contexte, les discours en apparence « forts », parfois simplificateurs à l’excès, amplifient les stigmatisations et contribuent à la montée de la haine.

Une société plurielle

Pourtant, nous vivons dans une société définitivement plurielle. Multiculturelle, pluriconfessionnelle. En économie, nous raisonnons à l’échelle de la mondialisation. Pour nos vacances, nous rêvons de destinations lointaines. Mais dans notre quotidien, nous pouvons nous laisser séduire par des propos tranchants où l’autre devient une menace inquiétante. Dans ces discours, les étendards sont brandis, les différences pointées du doigt, les communautarismes stigmatisés, la laïcité prônée à l’outrance. Les solutions semblent simples : il devient urgent d’interdire toute expression d’une différence, notamment religieuse, pour que notre société retrouve l’identité qui est la sienne. Mais quelle identité ? Car dans ces discours l’avenir est brillant mais le plus souvent nourri des visions d’un passé qui n’existe plus et n’existera jamais plus, prônant l’idée d’une société monolithique qui ne résiste pas à la réalité cosmopolite d’aujourd’hui. […]

Poursuivez votre lecture gratuitement sur le site de Réforme

Dans la même rubrique...

Le vêtement, instrument de liberté

Luthérien, président de Jean-Paul Gaultier, de Jean-Charles de Castelbajac et de la París Fashion Week, aujourd’hui professor emeritus du París college of Art, Donald Potard a fait toute sa carrière dans le monde du luxe et de la mode.

Un contenu proposé par Évangile et liberté

Un droit au blasphème : quelles limites ?

Erwan Cloarec remet ici les bonnes notions aux bons endroits et nous fait réfléchir à notre appel en tant que chrétien.

Un contenu proposé par Point-Théo

Sciences Po ébranlé suite au récit de Camille Kouchner

« La Familia grande » révèle que le politologue Olivier Duhamel s’est rendu coupable d’inceste à l’égard de son beau-fils et a bénéficié d’une véritable complaisance de son milieu. Un livre qui provoque le trouble au sujet de Sciences Po.

Un contenu proposé par Le blog de Frédérick Casadesus

Pour un journalisme réflexif

Confinera ? Confinera pas ? Cela fait un bon sujet pour alimenter les journaux et les sites d’information. Mais au delà de promener ses micros à droite et gauche, la presse invite-t-elle suffisamment à réfléchir ? Le point de vue d'un sociologue.

Un contenu proposé par Tendances, Espérance

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Chaque semaine, Réforme commente les grands événements politiques, économiques, les phénomènes de société ainsi que les débats sociaux. Il offre un éclairage original sur l’actualité religieuse, artistique et littéraire.

Derniers contenus du partenaire