Comment empêcher la montée de la haine ?

Comment empêcher la montée de la haine ?

La pasteure Nathalie Chaumet se demande pourquoi l'autre est une menace inquiétante alors que nous vivons dans une société mondialisée et multiculturelle dont nous savons profiter.

Un contenu proposé par Réforme

Publié le 30 mars 2015

Auteur : Nathalie Chaumet

La soif de puissance se nourrit souvent d’un sentiment de faiblesse intérieure. Elle vient alors s’étayer sur le rejet d’autrui nécessaire à l’affirmation d’une force puisée dans l’abaissement de l’autre. C’est bien à ce double phénomène que nous assistons dans notre société. La peur est là, grandissante : au près ou au loin, la barbarie et la menace d’attentats nous glacent d’horreur. À cette peur s’ajoute celle de la précarité si menaçante. Dans ce contexte social et économique fragilisé, le besoin de réassurance est grandissant. Malheureusement, les résultats électoraux montrent à quel point l’extrême fonctionne toujours comme un recours face à un sentiment général d’inquiétude.

En parallèle, les discours et actes haineux gangrènent de plus en plus notre vivre ensemble. En 2014, les actes antisémites ont doublé et les actes antimusulmans se sont multipliés après les attentats. Les réflexions ou actes racistes se banalisent, montrant à quel point le respect d’autrui est fragilisé. Dans ce contexte, les discours en apparence « forts », parfois simplificateurs à l’excès, amplifient les stigmatisations et contribuent à la montée de la haine.

Une société plurielle

Pourtant, nous vivons dans une société définitivement plurielle. Multiculturelle, pluriconfessionnelle. En économie, nous raisonnons à l’échelle de la mondialisation. Pour nos vacances, nous rêvons de destinations lointaines. Mais dans notre quotidien, nous pouvons nous laisser séduire par des propos tranchants où l’autre devient une menace inquiétante. Dans ces discours, les étendards sont brandis, les différences pointées du doigt, les communautarismes stigmatisés, la laïcité prônée à l’outrance. Les solutions semblent simples : il devient urgent d’interdire toute expression d’une différence, notamment religieuse, pour que notre société retrouve l’identité qui est la sienne. Mais quelle identité ? Car dans ces discours l’avenir est brillant mais le plus souvent nourri des visions d’un passé qui n’existe plus et n’existera jamais plus, prônant l’idée d’une société monolithique qui ne résiste pas à la réalité cosmopolite d’aujourd’hui. […]

Poursuivez votre lecture gratuitement sur le site de Réforme

Dans la même rubrique...

« Il ne suffit pas d’avoir des valeurs. Encore faut-il les mettre en œuvre. »

« Il ne suffit pas d’avoir des valeurs. Encore faut-il les mettre en œuvre »

Les 550 décideurs chrétiens rassemblés en Forum à Fribourg ont été encouragés, défiés et interpelés à prendre leurs responsabilités. Dans le succès et l’échec.

Un contenu proposé par Christianisme Aujourd’hui
Rendre au 8 mars ce qui lui appartient

Rendre au 8 mars ce qui lui appartient

Depuis 1977, le 8 mars est la Journée internationale du droit des femmes. Une date qui a peu à peu perdu son sens premier : un appel à la considération de l’état du droit des femmes à travers le monde.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris
Jeanne métisse

Jeanne métisse

Le choix de Mathilde, lycéenne de 17 ans, pour incarner Jeanne d’Arc aux fêtes d’Orléans a soulevé de vives protestations aux accents racistes.

Un contenu proposé par Évangile et liberté

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Réforme est un hebdomadaire protestant d’actualité, né en 1945 de la Résistance. Consciente de cet héritage, l’équipe du journal souhaite se dégager de l’instantanéité de l’information pour décrypter, analyser, prendre de la distance face à un monde de plus en plus complexe.

logo

Derniers contenus du partenaire

Campus protestant