Elections municipales : les conditions de l’espérance et de la confiance

Elections municipales : les conditions de l’espérance et de la confiance

Une réflexion sur la triple nécessité de lucidité, d’exemplarité et de proximité, pour garantir que notre avenir commun reste un projet ouvert dans lequel avoir confiance.

Un contenu proposé par Christianisme social

Publié le 21 mars 2014

Auteur : Jean-Pierre Rive

Lire directement l’article sur Christianisme social

La France s’apprête à vivre de nouvelles échéances électorales.

Elle connaît déjà les soubresauts annonciateurs de tensions qui ne demandent qu’à s’exacerber. Un trop grand nombre, parmi nous, est déjà tenté par la violence des propos extrêmes que nos lois condamnent. Certains même passent à l’acte et mettent à profit ce temps pour satisfaire une volonté néfaste et dangereuse de nuire.

Quels que soient les ressorts de ces comportements, il appartient à tous, titulaires de mandats politiques, d’une responsabilité sociales ou économique, citoyens soucieux du bien public, de veiller à un toujours plus juste fonctionnement de nos institutions et de résister à toutes les paroles et les actes qui minent en profondeur notre société. Cela concerne aussi bien les pratiques d’une économie dominée par les intérêts privés, que l’électoralisme dénué de sens et que surtout le montée décomplexée du racisme, de l’antisémitisme, du rejet de l’étranger, comme de tout être vulnérable ou différent. […]

Lire la suite sur Christianisme social

Dans la même rubrique...

« Il faut arrêter ces bêtises »

« Il faut arrêter ces bêtises »

J’ai signé la pétition « l’affaire du siècle ». Je fais donc partie des deux millions de français qui ont commis cette « bêtise ». Retour sur la petite phrase d'Emmanuel Macron.

Un contenu proposé par Tendances, Espérance
Ecclesia reformata semper reformanda

Ecclesia reformata semper reformanda

Découvrez l'édito du numéro de mars d’Évangile et liberté dont le dossier de Une est consacré à la théologie du « process ».

Un contenu proposé par Évangile et liberté
Le tabou de la démission du pape

Le tabou de la démission du pape

En démissionnant du trône de Pierre en 2013, le pape Benoît XVI avait brisé un tabou : jusqu’alors, le pape devait rester le pape jusqu’à son dernier souffle, fut-il à l’article de la mort, tel Jean-Paul II, pape jusqu’en son agonie, au printemps 2005.

Un contenu proposé par Religions | Société

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Christianisme social

Appel pour une relance du christianisme social, pour des communes théologiques.

Derniers contenus du partenaire

Inscrivez-vous à la newsletter de Regards protestants