Fin de vie : mourir moins mal

Fin de vie : mourir moins mal

Le vote belge et l’affaire Vincent Lambert relancent le débat sur l’euthanasie en France. Médecins et infirmières décrivent des situations d’une très grande complexité.

Un contenu proposé par Réforme

Publié le 17 janvier 2015

Auteur : Marie Lefebvre-Billiez

Jeudi 13 février, les députés belges ont étendu la possibilité d’euthanasie en cas de maladie incurable et de souffrances intolérables aux enfants « en capacité de discernement ». Le lendemain, en France, le Conseil d’État a demandé une nouvelle expertise médicale avant de statuer sur l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation de Vincent Lambert, tétraplégique en état végétatif depuis un accident en 2008. Deux événements qui font dire à l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD) qu’il faut autoriser en France l’euthanasie active.

Selon Philippe Lohéac, délégué général de l’ADMD, citant l’affaire Lambert, « aujourd’hui nous avons le choix entre une survie qui peut durer plusieurs dizaines d’années ou le fait de débrancher quelqu’un pour le faire mourir de faim et de soif en plusieurs semaines. C’est inadmissible. Il suffirait d’administrer un produit létal pour délivrer la personne en quelques minutes ».

Abus et dérives

Il fait remarquer que Vincent Lambert a toujours affirmé ne pas souhaiter être maintenu en vie dans ces conditions. « Il faut une loi qui mette au cœur la volonté de la personne qui souffre, et elle seule. Sinon, il y a des abus. Quand on écoute les médecins, la famille ou le clergé, il y a des dérives. » […]

Poursuivez votre lecture gratuitement sur le site de Réforme

Dans la même rubrique...

Le transhumanisme, késaco ?

Le transhumanisme, késaco ?

Une chronique scientifique proposée par les élèves de l'Ecole des Mines d'Alès.

Un contenu proposé par Radio Grille Ouverte
Une vision contrastée des inégalités

Une vision contrastée des inégalités

On se perd un peu dans le foisonnement des études qui paraissent sur les inégalités. La difficulté provient souvent du mélange entre inégalités de patrimoine et inégalités de revenu.

Un contenu proposé par Tendances, Espérance
Divorcer n'est plus à la mode

Divorcer n’est plus à la mode

Le nombre de divorces annuel est en baisse. Si les jeunes se marient aujourd'hui souvent plus tard, il semble qu'ils y réfléchissent davantage avant de se passer la bague au doigt.

Un contenu proposé par Évangeliques.info

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Réforme est un hebdomadaire protestant d’actualité, né en 1945 de la Résistance. Consciente de cet héritage, l’équipe du journal souhaite se dégager de l’instantanéité de l’information pour décrypter, analyser, prendre de la distance face à un monde de plus en plus complexe.

logo

Derniers contenus du partenaire

Inscrivez-vous à la newsletter de Regards protestants