Fraterniser

Fraterniser

Le 17 décembre 2015, François Hollande s’est rendu à Neuville Saint-Vaast dans le Pas-de-Calais, pour inaugurer, aux côtés de Xavier Bertrand, le « Monument des fraternisations ». Un symbole vraiment bienvenu dans une France fracturée.

Un contenu proposé par Grains de poivre

Publié le 24 décembre 2015

Auteur : Philippe Malidor

Lire directement l’article sur Grains de poivre

Il faut d’abord rappeler ce que commémore ce monument : il s’agit de ces épisodes où, pendant la guerre de 14, spontanément, des soldats français, écossais et allemands (et sans doute d’autres nationalités) ont fraternisé pendant la nuit de Noël. Ces épisodes longtemps occultés, et maintenant bien documentés, ont été racontés dans le film de Christian Carion : Joyeux Noël (2005), que la 8e chaîne a eu la bonne idée de rediffuser le 20 décembre 2015.

Certes, fraterniser le temps d’une veillée de Noël, c’est très bien. Mais le lendemain, on recommence à se massacrer. C’est la tragique ironie de l’histoire… et de l’Histoire. En fait, on comprend que cette guerre n’est pas d’abord celle des peuples, mais celle des puissants, des généraux, des états-majors, qui ne comprennent rien à ces fraternisations autour de la naissance du Christ en qui, au moins traditionnellement, tous les camps croient. Mais la preuve que ce miracle de Noël n’est pas anecdotique, c’est que des sanctions sérieuses seront prises puisque les régiments concernés seront considérés comme coupables de haute trahison.

Un Président de la République socialiste qui s’invite chez un Président de Région de droite pour inaugurer ce monument, est-ce aussi de la haute trahison ? C’est quasiment ce que certains ont dit ! Mais il faut citer Gérald Darmanin, député-maire de Tourcoing, qui a rétorqué ceci : « Si les soldats français et allemands, en pleine boucherie de la Première Guerre Mondiale, ont su fraterniser, je pense que le président de la République et le futur président de Région ont le droit de se saluer devant un monument. » Oui, en France, nous avons grand besoin de redécouvrir le troisième terme de la devise républicaine.

Y a-t-il eu des fraternisations en temps de guerre par la suite ? C’est possible, mais pas à ma connaissance, même s’il y a eu des trêves de Noël notamment au Viet-nam. D’abord, en 14, on s’était installé dans une guerre de tranchées : les lignes étaient fixées, et on finissait par bien se connaître, en quelque sorte ! Ensuite, ce qui est frappant, c’est que, aussi abominable qu’ait été la guerre de 1914-1918, il restait un fond de chrétienté chez les protagonistes. Pour ne prendre que la Deuxième Guerre Mondiale, le régime nazi, lui, était anti-juif et anti-chrétien, se réclamant parfois ouvertement du paganisme et revendiquant même explicitement la barbarie. […]

Lire la suite sur Grains de poivre

Dans la même rubrique...

L’effondrement comme avertissement

Pour Roger-Michel Bory et Vincent Wahl, « il serait dommage » que les chrétiens passent à côté de cette « exigence de lucidité ».

Un contenu proposé par Forum protestant

Un accueil possible au-delà de 30 personnes ?

C'est en tout cas l'avis du juge des référés-liberté qui a rendu public dimanche 29 novembre sa décision de rejeter la jauge de 30 personnes prévue par le gouvernement.

Un contenu proposé par Évangeliques.info

Les violences conjugales : accompagner les victimes

La théologienne Valérie Duval-Poujol présente son dernier ouvrage co-écrit avec Cosette Fébrissy et Jacques Poujol. Un livre paru aux éditions Empreinte.

Un contenu proposé par Campus protestant

L’engagement de Victor Costa contre le suicide

Connu pour la websérie « Ma femme est pasteure », le réalisateur Victor Costa cherche à rendre visible l’invisible à l’ère du data.

Un contenu proposé par Le blog de David Gonzalez

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Grains de poivre

Un blog édité par Croire Publications.

Suite à l’interruption de la mise à jour du blog au printemps 2016, nous n’alimentons plus en nouveaux contenus la page de ce partenaire.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast