Ils échangent leur maison et en découvrent les bienfaits

Ils échangent leur maison et en découvrent les bienfaits

Zoom sur l'échange de maison, une pratique de plus en plus en vogue qui permet notamment de réaliser des économies financières, mais qui fait également découvrir le lieu des vacances sous un autre jour.  

Un contenu proposé par Christianisme Aujourd'hui

Publié le 18 juin 2012

Auteur : Christelle Bankolé

Lire directement l’article sur Christianisme Aujourd'hui

Ils rêvaient de découvrir les États-Unis, eux avaient toujours souhaité visiter la France. Un jour, ils ont osé échanger leur maison. Et ils ne l’ont pas regretté. En vogue depuis plusieurs années, ce mode de vacances anglo-saxon est un moyen très pratique de partir à petits prix et une occasion en or de faire de belles découvertes.

Immixtion dans la culture

Depuis 2005, les sites internet dédiés à ce concept de vacances peu coûteuses se sont multipliés sur la toile. Le système a connu ses débuts aux Etats-Unis dans les années 1950, mais n’a été adopté en France que vers la fin des années 1990. Depuis, différents sites offrent des garanties et permettent l’échange de maisons ou d’appartements entre des familles, des couples ou des célibataires, en toute sécurité. On opte pour les longs, moyens et courts séjours.

Les plus habitués n’hésitent d’ailleurs pas à renouveler l’expérience chaque année, comme Christelle, mariée et mère de trois enfants: « L’intérêt de cette formule, c’est qu’elle permet une immersion complète dans le pays. On fait davantage que “du tourisme”. On voit vraiment comment les gens vivent. On découvre leurs supermarchés et leur quartier, on côtoie leurs voisins. De plus, l’accueil est plus chaleureux que dans un hôtel. Et puis, nos “hôtes” nous donnent plein d’idées de sorties ! »

Avantage financier certain

Autre avantage: le coût des vacances, facilement divisé par deux. Certaines formules à l’étranger permettent même d’échanger la maison et la voiture. « Cela nous a permis de faire un très beau voyage tous les ans en famille depuis bientôt dix ans, ce que nous ne pourrions normalement pas nous permettre, même avec des revenus corrects », témoigne Christelle. « Nous partons en général trois semaines, pour rentabiliser le voyage. Et nous profitons sans limite des randonnées, des musées et des sorties ». Grâce à l’échange de maisons, Christelle a parcouru la France, mais aussi le Canada, les États-Unis et la Guadeloupe.

S’y prendre à l’avance

Comment ça marche ? Le principe est simple: vous vous dirigez vers les annonces d’échange qui vous intéressent et vous contactez la famille de votre choix. En fonction du feeling et des disponibilités, vous vous entendez sur les dates de vacances et les modalités d’accueil. Mieux vaut s’y prendre quatre à six mois à l’avance, surtout pour les vacances d’été à l’étranger.

Mais certaines familles n’ont pas attendu que le concept existe pour échanger leur maison un été. Nabine raconte: « Pour nous, cela s’est fait spontanément. Nous ne préparons pas beaucoup nos vacances à l’avance. Et, un jour, nous avons évoqué avec des amis notre désir de passer des vacances en Suisse. Eux connaissaient des amis suisses qui voulaient découvrir la Bretagne. Nous les avons contactés et nous sommes mis d’accord. »

Une question de confiance

Mais reconnaissons qu’il n’est pas toujours facile d’offrir son intimité à des inconnus. Ouverts et grands voyageurs, Nabine et Christelle conviennent qu’il ne faut pas être trop matérialiste. Les plus précautionneux mettront quelques objets précieux à part, mais c’est avant tout une question de confiance: « C’est un état d’esprit, une mentalité. Les anglo-saxons font cela plus facilement que nous, ils sont assez cools. Les Québécois et les Américains ont une notion de l’intimité qui n’est pas la même que la nôtre », estime Christelle. « J’ai été très émue de voir qu’une famille avait laissé ses dossiers et papiers exposés. Mais ce n’est pas pour autant que nous avons mis le nez dedans ! »

Un petit côté aventurier

Le partage est aussi une valeur centrale de ce mode de vacances. Christelle a profité du hamac et du barbecue de la maison échangée, et ses enfants ont usé à souhait des vélos, rollers et nouveaux jouets trouvés sur place.

Nabine a quant à lui découvert le charme d’une maison écolo suisse, ainsi que ses sympathiques locataires: « Il a fallu prendre soin de deux chevaux et de plusieurs chèvres. Nous avons accepté, parce que mon fils faisait de l’équitation. C’était à la fois sympa et un peu contraignant. Mais une découverte, surtout: nous n’avions jamais vu ces animaux de si près. Ils nous apprennent bien des choses, la patience par exemple ! »

Des vacances que Nabine n’hésitera pas à renouveler: «Dans cette aventure, la dimension humaine qu’est l’accueil m’a beaucoup touché. On ne se connaît pas et, pourtant, en un temps record, on arrive à partager, à s’accepter, à échanger nos maisons et à faire d’autres rencontres. Quelle richesse ! » […]

Lire la suite sur Christianisme Aujourd'hui

Dans la même rubrique...

Mon nom ? Un héritage

Mon nom ? Un héritage

Même si la réforme juridique de 2005 a élargi les modalités d’attribution du nom donné à l’enfant-né, il n’en demeure pas moins que le nom reçu est un héritage.

Un contenu proposé par Proteste

Mariage mixte : je suis catholique et lui protestant

Les mariages entre catholiques et protestants, toujours plus nombreux, sont source de richesses autant que de défis. Des couples témoignent.

Un contenu proposé par
Comment parler des autres religions à ses enfants ?

Comment parler des autres religions à ses enfants ?

Quand on est un parent chrétien, parler des autres religions à ses enfants requiert un peu de préparation. Comment s’y prendre ?

Un contenu proposé par Union des Fédérations adventistes

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Christianisme Aujourd’hui

Christianisme Aujourd’hui est un magazine chrétien évangélique suisse. Il propose une réflexion protestante évangélique sur l’actualité internationale.

Derniers contenus du partenaire