La laïcité de nouveau en question

La laïcité de nouveau en question

Au lendemain des attentats contre Charlie Hebdo et l'hyper casher de Vincennes, la laïcité est citée partout. À quelle place peuvent prétendre les religions dans notre société ?

Un contenu proposé par Réforme

Publié le 30 janvier 2015

Auteur : Frédérick Casadesus

Sacrée laïcité ! La voici qui s’invite à nouveau sur la place publique. À peine les Français cherchent-ils à tirer des leçons de la tragédie des 7, 8 et 9 janvier que tout le monde l’invoque et lui tresse des louanges. Mais chacun porte un adjectif particulier dans la valise de ce mot. Laïcité sectaire, ouverte ou fluctuante, on se perd en conjecture, au point que beaucoup réclament un aménagement de cette spécialité française. Analyse d’une idée qui n’a pas fini de faire parler.

Rappelons d’abord que la loi de 1905 ne constitue pas la première séparation entre les pouvoirs temporel et spirituel. « Tout cardinal qu’il était, Richelieu défendait les intérêts des princes luthériens pour des raisons politiques, observe le philosophe dominicain Bernard Bourdin. Son attitude montre bien que sous l’Ancien Régime déjà les objectifs de l’État ne correspondaient pas nécessairement aux fins de l’Église. »

Un compromis menacé

Pourtant, la rupture de la Révolution s’est accompagnée d’une politique antireligieuse. « Alors qu’aux États-Unis le protestantisme a permis des convergences entre l’idéal des Lumières et la lutte contre l’Angleterre, en France, le catholicisme a payé le fait d’être considéré comme un pilier de l’absolutisme », observe Jean-Pierre Mignard, avocat et maître de conférences à Sciences-Po.

Mais la loi de Séparation s’est révélée plus qu’une fracture, un compromis solide : l’État se définit comme neutre vis-à-vis des religions, mais il garantit la liberté de consciences et de croyances. Bon an mal an, le système français s’est ancré dans les mentalités sans trop de tensions. En 1989, deux adolescentes qui voulaient porter le voile islamique à l’intérieur de leur lycée ont provoqué une première interrogation sur les pratiques religieuses à l’école et, dès le début des années 2000, le pouvoir politique a décidé d’agir. […]

Poursuivez votre lecture gratuitement sur le site de Réforme

Dans la même rubrique...

Gilets jaunes : les corps intermédiaires, de grands corps malades

Les corps intermédiaires sont en grande souffrance en France. Les protestants peuvent-ils aider à leur réhabilitation ?, s’interroge le sociologue Sébastien Fath.

Un contenu proposé par
Les évangéliques en ont marre des amalgames !

Les évangéliques en ont marre des amalgames !

Les évangéliques français regrettent que les médias généralistes traitent leur religion de façon caricaturale.

Un contenu proposé par Nuance
La solidarité selon Charles Gide

La solidarité selon Charles Gide

Le solidarisme est une école de pensée qui cherchait « à sortir les pauvres de la dépendance à l’égard de la générosité toute relative des riches, en leur permettant de prendre eux-mêmes en charge leur vie matérielle. »

Un contenu proposé par Forum protestant

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Réforme est un hebdomadaire protestant d’actualité, né en 1945 de la Résistance. Consciente de cet héritage, l’équipe du journal souhaite se dégager de l’instantanéité de l’information pour décrypter, analyser, prendre de la distance face à un monde de plus en plus complexe.

logo

Derniers contenus du partenaire

Inscrivez-vous à la newsletter de Regards protestants