« La victime se reconstruit »

« La victime se reconstruit »

Depuis 2005, le système judiciaire belge a obligation de proposer des rencontres entre victimes et auteurs à tous les niveaux de la procédure.

Un contenu proposé par Réforme

Publié le 24 janvier 2013

Auteur : Nathalie Leenhardt

Antonio Buonatesta est directeur de Médiante, une structure vraiment originale, dont on se dit que le système judiciaire français aurait tout intérêt à s’inspirer… Car en matière de justice restaurative ou plutôt réparatrice selon la terminologie choisie chez notre voisin, la Belgique a déjà une longue histoire derrière elle. Depuis de nombreuses années, le concept de médiation pénale s’y est développé. Dès1994, le procureur du Roi se devait de proposer à l’auteur d’un délit d’offrir une réparation à la victime, ce qui pouvait permettre de classer un dossier sans suite et de lutter ainsi contre l’engorgement des tribunaux. Pourtant, rapidement, naît une réflexion sur les limites de cette procédure, souvent utile à l’auteur du méfait mais beaucoup moins à la victime.

«Nous avons alors fait le constat que le terme de médiation était usurpé car il était avant tout lié à un bénéfice judiciaire. Or la médiation est d’abord une histoire d’échanges, indépendante de l’extinction ou non des poursuites judiciaires. D’autre part, on a constaté que, dans les cas de grande gravité comme les viols, les vols avec violence, la victime avait des besoins auxquels l’auteur pouvait donner une réponse et que la médiation devait aller aussi en ce sens, en plus de la réhabilitation de l’auteur de l’infraction », explique Antonio Buonatesta.

Un droit

À la demande des autorités judiciaires, il va alors mener, en 1998, une expérience pilote de médiation, complémentaire à la procédure pénale, accessible aux deux parties, recevable dans tous les cas, quelle que soit la gravité des faits. Une expérience qui va au-delà de bien des exemples menés à l’étranger mais qui renvoie aux recommandations énoncées par l’Union européenne, à cette même époque. […]

Poursuivez votre lecture gratuitement sur le site de Réforme

Dans la même rubrique...

La sexualité est aussi un rapport social

J'ai lu le livre d’une auteure dont j’apprécie souvent les ouvrages : Clotilde Leguil. Il s’agit de sa dernière publication : "Céder n’est pas consentir. Une approche clinique et politique du consentement".

Un contenu proposé par Tendances, Espérance

Trois candidats pour le titre de grand rabbin de France

Tous les sept ans, les instances israélites françaises élisent le grand rabbin de France, un évènement majeur pour les communautés juives françaises qui se déroulera ce dimanche 6 juin.

Un contenu proposé par Réforme

Sans-abris : deux lieux pour une pause spirituelle à Paris

Que sont devenues les personnes sans-abri depuis le début de la crise sanitaire ? Témoignage de Gilles Boucomont et Christian Tanon, pasteurs et responsables associatifs.

Un contenu proposé par Campus protestant

Une démocratie confinée

Grand spécialiste d’éthique médicale et scientifique, directeur de l’Espace de réflexion éthique et membre de plusieurs instances éthiques, Emmanuel Hirsch livre ici « 37 chroniques pour temps de pandémie ».

Un contenu proposé par LibreSens

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Chaque semaine, Réforme commente les grands événements politiques, économiques, les phénomènes de société ainsi que les débats sociaux. Il offre un éclairage original sur l’actualité religieuse, artistique et littéraire.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants