« L’action matérialise nos rêves »

Laetitia Guarino, 22 ans, la Miss suisse vaudoise, mène une vie de star à toute allure. Elle joue de sa notoriété pour réaliser sa vraie passion, aider les autres.

Un contenu proposé par bonne nouvelle

Publié le 1 juillet 2015

Auteur : Vincent Volet

Lire directement l’article sur bonne nouvelle

Vous êtes Miss Suisse depuis sept mois. Qu’est-ce qui a changé dans votre vie ?

Laetitia Guarino : Cette année, ma vie a changé du tout au tout. J’étais étudiante, avec un boulot de nuit pour arrondir mes fins de mois et une vie tranquille. Maintenant, c’est l’inverse. Je voyage partout, je rencontre des personnalités comme le prince Albert, David Cameron…

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans cette nouvelle existence ?

J’ai la chance de pouvoir discuter avec des gens que je n’aurais jamais vus sinon. Avec ça, je suis traitée comme une princesse, je reçois plein de cadeaux, j’ai un coiffeur privé… J’y prends goût (rires). Non, le plus important est de pouvoir se faire entendre. Je m’occupais déjà d’encourager le don de cellules souches, parfois devant des auditoires remplis. Mais sans grand succès. Aujourd’hui, mon message passe mieux et a plus d’effet. C’est une grande chance.

Quelle a été votre plus belle expérience ?

Cela reste le festival du film à Cannes. J’y étais l’égérie pour la Suisse de L’Oréal Paris. La montée des marches, avec tous les photographes… C’était super impressionnant. Trois jours de folie et de belle vie. J’y ai rencontré des personnalités comme Woody Allen, Vincent Cassel, Natalie Portman, Naomi Watts… J’ai pu parler avec Eva Longoria et Jane Fonda. J’ai reçu des compliments.

Des critiques se sont fait entendre contre le concours Miss Suisse. Comment les prenez-vous ?

Cela ne m’atteint pas du tout. Quoi que vous fassiez, dès que vous devenez une personne publique, il y aura des critiques. Mais il y a aussi des commentaires positifs. Il faut savoir s’appuyer sur eux.

Cette période dans la lumière vous donne-t-elle l’idée de poursuivre dans une voie où utiliser votre notoriété ?

Mon regard a changé sur ce monde que je ne connaissais pas. Je l’ai découvert et je l’adore. Pourquoi ne pas en faire quelque chose – j’aime jouer la comédie – à côté de mes études ? Une chose est sûre, je vais les terminer, même si j’hésite encore sur le choix de ma spécialisation.

Vous avez déjà suivi trois années en médecine. Qu’est-ce qui vous y attire ?

De pouvoir aider les gens. Je suis partie au Maroc une semaine avec des chirurgiens de l’hôpital de Berne faire des opérations cardiaques à des enfants, avec l’association Corelina, dont je suis la marraine. C’était bouleversant. Je me réjouis de finir mes études pour pouvoir aider ces enfants concrètement. […]

Lire la suite sur bonne nouvelle

Dans la même rubrique...

A l’heure du bénévolat !

Tant de personnes souffrent. Les besoins de nos sociétés et de nos Eglises sont énormes. Comment savoir où et comment s’investir? Quelques pistes.

Un contenu proposé par SpirituElles
Du danger des inégalités

Du danger des inégalités

Pourquoi les inégalités entre les plus riches et les plus pauvres sont contre-productives et dangereuses pour les démocraties.

Un contenu proposé par
Un fonds œcuménique contre la précarité

Un fonds œcuménique contre la précarité

Le Fonds de solidarité de la vallée de Munster vient en aide aux plus précaires de son territoire depuis 18 ans.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

bonne nouvelle

bonne nouvelle était le mensuel de l’Église évangélique réformée du canton de Vaud, en Suisse. Il proposait des interviews, dossiers sur des thèmes d’actualité, reportages, informations et réflexions sur l’Église et la vie spirituelle.

Suite à l’interruption de parution du mensuel en novembre 2016, nous n’alimentons plus en nouveaux contenus la page de ce partenaire.

Derniers contenus du partenaire

Inscrivez-vous à la newsletter de Regards protestants