Opinion

L’Aumônerie aux armées, plus que jamais nécessaire

Le 9 décembre est la date anniversaire de l'adoption de la loi de séparation des Églises et de l'État. Une occasion de réaffirmer, dans le contexte actuel, le caractère essentiel de la mission des aumôniers.

Un contenu proposé par Echanges

Publié le 9 décembre 2020

Lire directement l’article sur Echanges

Par Jacques-André Bonini, aumônier régional

S’il devait exister une institution qui illustre une façon pacifiée et concrète de vivre la laïcité en France, l’aumônerie militaire serait un cas d’école. 300 aumôniers des différents cultes assurent leur mission en fournissant le conseil, les sacrements ou l’accompagnement religieux, spirituel et moral. Et c’est bien là, au cœur des opérations, que l’aumônier militaire, femme ou homme de culte et officier spécialisé subordonné à sa hiérarchie, trouve la justification de son statut. Par sa vision originale, indépendante et institutionnelle à la fois, il est celui qui peut donner du sens à l’action du soldat en opération.

En opération

Rôle d’écoute et autorité de référence s’ajoutent aux exigences du culte dont il a la charge et permettent à l’aumônier militaire de soutenir l’âme de tous les soldats en opération. Cette mission est en somme une naturelle prolongation de ses attributions en métropole. Il importe d’aller plus loin et de lui confier la tâche de donner du sens à la mission.

Elle est l’apanage du soldat, sa raison d’être, sa finalité. Pourtant l’aumônier semble en être écarté, comme si celle-ci se déroulait dans une parenthèse temporelle à laquelle il n’a pas accès. Il est pourtant présent en opération, partout. Mais à l’heure de la mission, il semble s’interdire de prendre part à son déroulement, comme s’il existait un risque de compromission à s’impliquer dans l’action.

Or il y a toute sa place. Comme militaire et comme pasteur, si son action ne peut s’inscrire dans la furie des combats, c’est bien dans leur préparation et dans leur lecture que son action pourrait être déterminante.

Soutien des âmes et soutien de la mission, l’aumônier voit son rôle essentiel en opération, sous-tendu par une formation à l’éthique.
Largement affecté par le rationalisme, l’efficacité au moindre coût, l’exercice du métier des armes ne porte pas le soldat à se pencher sur le sens moral de son exécution. Les aumôniers pourraient contribuer à la formation morale des jeunes cadres. Elle pourrait enfin s’investir au niveau politico-militaire, faire valoir son opinion sur la justesse de […]

Lire la suite sur Echanges

Dans la même rubrique...

Quand le doute réunit théologiens et astrophysiciens

La Faculté de théologie de l’Université de Genève lance un programme inédit baptisé «A Ciel Ouvert», destiné à stimuler le dialogue entre science et spiritualité.

Un contenu proposé par Réformés

Discerner dans un monde hyperconnecté

Alors que l'internaute moyen passe en moyenne six heures par jour devant des appareils connectés, comment faire le tri dans le flot d'information proposé chaque jour ?

Un contenu proposé par Christ Seul

Dear Valid People : « C’est ce dont j’ai besoin »

Damien Fargeout reçoit Mickael , agent administratif en situation de handicap.

Un contenu proposé par Radio FM Plus

Handicap : les institutions au pied du mur

En France, 100 000 enfants et 200 000 adultes handicapés, souvent avec des troubles mentaux, vivent en institutions spécialisées.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Echanges

Mensuel de l’Église protestante unie de France, Echanges propose à ses lecteurs des nouvelles des Églises locales de la région Provence-Côte d’Azur-Corse et plus largement, des réflexions sur les sujets de société.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants