Le mariage civil, non ; la bénédiction religieuse, pourquoi pas !

Le mariage civil, non ; la bénédiction religieuse, pourquoi pas !

Pour Antoine Nouis, théologien, directeur de « Réforme », il ne faut pas entretenir la confusion entre les différentes formes de conjugalité. En revanche, dans l’Église, des ouvertures sont souhaitables.

Un contenu proposé par Réforme

Publié le 20 septembre 2012

Auteur : Antoine Nouis

L’homosexualité touche au désir mais ce dernier est une énigme car qui peut dire qu’il est maître de son désir ? Le but de notre réflexion est de sortir des positions manichéennes afin de réfléchir théologiquement à la question du mariage homosexuel. Avant d’aborder les textes bibliques, quelques mots sur l’homosexualité.

Ma rencontre avec des homosexuels m’a conduit à la conviction que l’homosexualité ne peut se conjuguer au singulier. Il faut distinguer l’homosexualité masculine de la féminine, puis les différentes formes d’homosexualité. En outre, il ne faut pas s’imaginer les orientations sexuelles comme deux catégories étanches. Il n’y a que des sujets qui sont homos ou hétéros à 5, 10, 50, 80 ou 99 %. Certains disent qu’ils se savent homosexuels depuis leur enfance et qu’ils n’ont jamais eu la moindre attirance pour les personnes de l’autre sexe, d’autres s’engagent dans une relation homosexuelle après avoir vécu en couple hétérosexuel pendant des années, voire des décennies. Pour troubler encore les catégories, aujourd’hui se développe un nouveau comportement qui consiste à avoir des relations homos ou hétérosexuelles au gré des rencontres.

Parcours bibliques

Dans une perspective protestante, l’écoute de la parole biblique est fondatrice. La Bible parle peu de l’homosexualité et chaque fois qu’elle le fait ouvertement, c’est de façon négative. Ces récits nous conduisent à l’interprétation mais nous ne pouvons écarter la Bible lorsque son message nous résiste. Avant d’aborder les textes qui peuvent nous aider à réfléchir, je voudrais commencer par écarter les faux textes qui sont souvent utilisés pour parler de l’homosexualité alors qu’ils parlent d’autre chose.

Dans le Premier Testament, les textes qui condamnent l’homosexualité se trouvent surtout dans les règles de pureté du Lévitique. Le chapitre 18 évoque le respect de l’union conjugale. Il traite successivement de l’interdit de l’inceste, de l’adultère, du sacrifice des enfants, de l’homosexualité et de la zoophilie. Dans ce chapitre, l’homosexualité se trouve en mauvaise compagnie mais on peut remarquer que, s’il y a un point sur lequel le Second Testament a renouvelé le Premier, c’est celui de la pureté. Dans les évangiles, la pureté n’est pas une question d’actes mais de disposition intérieure (Mt 15,11).

Dans le Nouveau Testament, les épîtres citent parfois l’homosexualité au sein d’une série de dérives (1 Co 6,9-10 et 1 Tm 1,9-11) à côté des débauchés, des idolâtres, des ivrognes, des cupides… Ces textes ne sont pas une analyse sur la nature de l’idolâtrie ou de la cupidité mais un avertissement à se comporter justement. Ils nous apprennent que, dans la société religieuse de l’époque, l’homosexualité était considérée comme une débauche.

Les partisans de l’homosexualité citent parfois un autre faux texte qui est celui de […]

Poursuivez votre lecture gratuitement sur le site de Réforme

Dans la même rubrique...

Réconciliés

Réconciliés

Églises, société, corps et esprit... Et si l'heure était aujourd'hui à la réconciliation ? L'éditorial de Eric Hirschler.

Un contenu proposé par
Les lycées sont-ils à reformer sans cesse ?

Les lycées sont-ils à réformer sans cesse ?

Le protestant que je suis, qui plus est réformé, n’est pas contre les réformes. Mais être pour ne veut pas dire accepter qu’elles puissent être faites sans réelle concertation et respect.

Un contenu proposé par Ensemble – Sud-Ouest
Le mariage est-il sacré chez les protestants ?

Le mariage est-il sacré chez les protestants ?

Le mariage n’étant pas un sacrement chez les protestants, le mariage n’est pas indissoluble. Les protestants reconnaissent le droit à l’erreur humaine, et bénissent de nouveaux mariages après des divorces.

Un contenu proposé par
La réactivité est-elle toujours l’idéal ?

La réactivité est-elle toujours l’idéal ?

Les réponses d'un philosophe, d'un psy et d'un théologien.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Chaque semaine, Réforme commente les grands événements politiques, économiques, les phénomènes de société ainsi que les débats sociaux. Il offre un éclairage original sur l’actualité religieuse, artistique et littéraire.

logo

Derniers contenus du partenaire