Le plaisir des bains

Le plaisir des bains

L'une des activités préférées des Français en vacances. Depuis quand se baigne-t-on ? Pourquoi certains ont-ils peur de l’eau ?

Un contenu proposé par Réforme

Publié le 17 juillet 2013

Auteur : Laure Salamon

Des Quatre Cents coups (Truffaut) à De l’autre côté (Fatih Akin), en passant par La Planète des singes (Schaffner) ou Mort à Venise (Visconti), une multitude de films se termine au bord de la mer, sur la plage.

« Il y a deux façons de regarder le littoral, explique Jean-Didier Urbain, anthropologue et professeur à l’université Paris-Descartes. Soit c’est un commencement, d’où je pars vers un ailleurs, soit c’est la fin, le finistère là où finit la terre, et après c’est le néant. Ces deux imaginaires cohabitent et selon l’époque l’un ou l’autre prend le pas. » La plage n’a pas toujours été un lieu de villégiature plébiscité par le plus grand nombre. Les toutes premières baignades remontent au XVIIIe siècle, uniquement réservées à la bonne société. « Les aristocrates venaient jusqu’à l’eau en roulotte pour ne pas montrer leur nudité. Ils se baignaient avec raffinement, toujours avec un moniteur et un costume sophistiqué », détaille Jean Corneloup, sociologue des sports de nature au laboratoire Pacte de Grenoble et maître de conférences à l’université de Clermont-Ferrand.

L’hiver sur la Côte d’Azur

À partir du XVIIIe et au début du XIXe siècle, la médecine confère à l’eau un caractère thérapeutique. L’eau froide est vertueuse, elle soigne. Ce nouvel usage vient d’Angleterre et notamment de Brighton. En France, les bourgeois se rendent l’hiver sur la Côte d’Azur pour une cure d’air et l’été en Normandie pour une cure thermale, à Dieppe ou Deauville. […]

Poursuivez votre lecture gratuitement sur le site de Réforme

Dans la même rubrique...

Gilets jaunes : les corps intermédiaires, de grands corps malades

Les corps intermédiaires sont en grande souffrance en France. Les protestants peuvent-ils aider à leur réhabilitation ?, s’interroge le sociologue Sébastien Fath.

Un contenu proposé par
Le grand débat national, un premier pas pour aborder la crise

Le grand débat national, un premier pas pour aborder la crise

Engager un débat national, pourquoi pas ? À condition qu’il dure plus de trois mois explique le pasteur Michel Bertrand.

Un contenu proposé par
Etudiants étrangers et hausse des droits d'inscription

Etudiants étrangers et hausse des droits d’inscription

La France arrive en 4e position dans le choix des étudiants internationaux. Et l'augmentation des droits d'inscription à l'université pose question.

Un contenu proposé par Blog de Sébastien Fath

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Réforme est un hebdomadaire protestant d’actualité, né en 1945 de la Résistance. Consciente de cet héritage, l’équipe du journal souhaite se dégager de l’instantanéité de l’information pour décrypter, analyser, prendre de la distance face à un monde de plus en plus complexe.

logo

Derniers contenus du partenaire

Inscrivez-vous à la newsletter de Regards protestants