Le récit de Daniel Larribe, otage libéré

Le récit de Daniel Larribe, otage libéré

Daniel Larribe, libéré le 29 octobre, accompagné de sa femme Françoise, raconte trois ans de vie dans le plus grand dénuement. Son désert.

Un contenu proposé par Réforme

Publié le 6 novembre 2013

Quelles étaient vos conditions de détention ?

Daniel Larribe : Nous étions gardés par un groupe de sept à quatorze moudjahidines [combattant de la foi au nom du Djihad, ndlr], qui avaient deux véhicules, un chef et un imam. Tous les deux mois, il y avait un changement d’équipe. Nos gardiens avaient entre 20 et 30 ans, parfois, ils étaient plus jeunes, ce pouvait être des adolescents de 15 ans. Nous communiquions avec eux, mais c’était le strict minimum. Nous étions un peu à l’écart, dans notre coin. On nous fixait un périmètre de promenade, le long de rivières asséchées. Nous avions le droit de remonter de 100 ou 200 mètres en amont et en aval. Nous avions quelques consignes comme l’interdiction de nous couper la barbe. Certains de nos gardiens parlaient quelques mots de français, et nous, nous avons appris quelques mots de tamachek, la langue des Touaregs, ou d’arabe. Par la suite, nous avons eu des gardiens anglophones, venus du Nigeria ou du Ghana. D’autres étaient hispanophones, des Sahraouis des îles Canaries. Nous n’avons jamais rencontré de gardes français, même si on nous a dit qu’il y en avait. […]

Photo : © Alfredo Salazar

Poursuivez votre lecture gratuitement sur le site de Réforme

Dans la même rubrique...

Le travail, difficile vecteur d’intégration ?

L'exemple suisse. "A entendre les personnes qui arrivent dans notre pays, il n’est de loin pas le seul facteur".

Un contenu proposé par Réformés

Dérives sectaires : du danger de ne plus savoir les détecter

Durant l’été, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) a été absorbée par le Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR).

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

La liberté de blasphémer

A l'heure du procès des attentats de Charlie Hebdo, Emmanuel Macron a rappelé le droit au blasphème en France. Compatible avec la défense des croyants, l’offense à Dieu n’est toutefois pas recommandée par ces derniers.

Un contenu proposé par

Jeunes en rupture : des vacances pour prendre du plaisir

Alors que le confinement a bouleversé la vie de ces jeunes, les séjours de vacances arrivent comme un vrai bol d’air.

Un contenu proposé par Armée du Salut

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réforme

Chaque semaine, Réforme commente les grands événements politiques, économiques, les phénomènes de société ainsi que les débats sociaux. Il offre un éclairage original sur l’actualité religieuse, artistique et littéraire.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram